Macron 1

Le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, placé au poste où il est par la grâce de François Hollande vient d'annoncer qu'il mettait sur pied sa propre formation politique. Il  a précisé qu'il n'avait pas, pour le moment, l'intention de se présenter aux futures élections...

"Ce n’est pas un mouvement pour avoir un énième candidat de plus à la présidentielle, ce n’est pas ma priorité aujourd’hui. Ma priorité, c’est la situation du pays"
Le "ce n’est pas ma priorité aujourd’hui" est très intéressant et il ne fait pas tellement rire un autre personnage qui virevolte autour du président de la République et qui doit franchement espérer que l'ancien premier secrétaitre du PS ne se représentera pas l'an prochain, son Premier ministre Manuel Valls qui s'est d'ailleurs autorisé de jolies critiques non voilées pour le coup en expliquant qu'il était idiot d'afficher qu'il n'y existe aucunes différences entre la droite et la gauche, "clé de voute", du moins semble-t-il du parti d'Emmanuel Macron.

Hier soir, l'ancien salarié de la banque Rothschild qui a reçu ce jour l'onction de François Hollande (au cours d'une conférence de presse) a -comme le souligne un média en ligne pas franchement allié de nos idées- "fait une petite cachotterie quand il a annoncé, mercredi 6 avril, à Amiens, la création d'un « mouvement politique nouveau », baptisé « En marche ». Affirmant qu’il ne serait « pas à droite, pas à gauche », il s’est bien gardé de préciser qu’il avait néanmoins reçu un important mais discret appui logistique, celui de l’un des clubs patronaux les plus influents, l’Institut Montaigne, créé en 2000 par Claude Bébéar, l’un des parrains du capitalisme français et figure tutélaire du groupe d’assurances Axa. Ce qui explique sans doute que le patron des patrons, Pierre Gattaz, ait chaleureusement applaudi la création de ce mouvement – une initiative « rafraîchissante », selon lui."...

Tout semble être dit, sauf qu'il est question là d'un nouvel enfumage voulant prouver par A+B aux citoyens qui possèdent une carte d'électeur que l'avenir de la France se situe au sein de l'RPS, bonnet blanc et blanc bonnet, soumission totale à l'idéologie bruxelloise et au seuls marchés financiers.

Au contraire, il est fondamental que les Français aux élections présidentielles et législatives de 2017 prennent la décision de placer à la tête de l'Etat et majoritairement à l'Assemblée nationale la présidente du Front National et des parlementaires Bleus Marine.

Car, entre les politiques identiques de la "gauche" hollandisée, "macronisée" ou encore "aubrysée" et la "droite" juppéisée, "sarkozyée", "Lemairisée" ou  bien "Peltierisée", il ne faut pas se faire d'illusion : rien ne bougera et notre pays continuera sa descente vers la ruine

Marine vite !

GS