TAFTA FNJ

Boulevard Voltaire

Par Gabriel Robin, SG du CLIC le 28/04/2016

Le traité de libre-échange transatlantique, communément désigné par l’acronyme TAFTA (TransAtlantic Free Trade Agreement), est régulièrement évoqué dans les médias sans que l’on sache avec exactitude ce qu’il comporte. Dès le début des négociations, le Front National avait attiré l’attention sur la dangerosité inhérente à ce traité, que les États-Unis souhaitent ratifier au plus vite. Au-delà des mesures envisagées – qui, si elles sont ratifiées, bouleverseront radicalement notre droit commercial en matière internationale -, l’opacité des négociations trouble.

Pas moins de soixante élus se sont plaints du manque de transparence dans une tribune publiée par Le Monde : « Chacun sait que l’Union européenne négocie avec les États-Unis un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), mais personne ne sait ce qu’il contient. » Une réflexion parfaitement légitime, alors que nous ne connaissons toujours pas le contenu du traité, en raison de clauses de confidentialité particulièrement contraignantes. La Commission européenne, associée à la Maison-Blanche, maintiendraient-elles le flou pour masquer ce qui s’apparente à un nouveau marché de dupes pour les peuples européens ?

C’est fort possible.

Si le détail des négociations est entouré d’un halo de mystère, les grands traits de l’accord sont d’ores et déjà connus : réduire les barrières tarifaires en vigueur entre les États-Unis et l’Union européenne, lever les obstacles non tarifaires aux échanges commerciaux (notamment en organisant la convergence des normes), définir de nouvelles règles en matière de commerce et d’investissement en créant, par exemple, un tribunal arbitral chargé de juger les différends entre les deux marchés. Pour qui sait lire entre les lignes, le TAFTA prépare la vassalisation de l’Europe, sa soumission au marché américain.

Pire: le TAFTA renforce l’idée de marché commun en Europe, car les nations du continent sont exclues de facto des négociations.

La Suisse, État souverain, dispose actuellement, outre la convention AELE (Association européenne de libre-échange) et l’accord de libre-échange avec l’Union, d’un réseau de 28 accords de libre-échange avec 38 partenaires hors de l’Union. Tous ces accords ont été négociés à la carte, selon les intérêts spécifiques du pays. Résultat ? La balance commerciale helvète est excédentaire tous les ans. L’accord TAFTA ne sera pas négocié par la France, mais l’est par l’Union européenne, composée de nations diverses dont les intérêts commerciaux diffèrent très largement. Nous serons lésés. L’empressement de Barack Obama à ratifier le traité, avant la fin de son mandat, prouve bien que les États-Unis, et ses sociétés transnationales, ont besoin du traité, beaucoup plus que nous n’en avons besoin.

Inutile de revenir une fois de plus sur les trois point sensibles, lesquels, comme chacun le sait, ne peuvent que nous nuire : la convergence des normes défavorisera les agriculteurs et les consommateurs en bradant nos standards, la réductions des barrières tarifaires se fera à l’avantage des États-Unis, plus compétitifs pour l’instant, la levée des obstacles non tarifaires ne profitera qu’à nos lointains cousins d’outre-Atlantique. Disons le tout net : il faut se mobiliser contre TAFTA, qui signerait la fin de notre indépendance, déjà considérablement réduite depuis le traité de Maastricht. L’Union européenne est une prison pour les peuples, l’officialisation de l’Union euro-américaine ne pourrait que nous entraîner vers l’avènement d’un monde indifférencié et indifférent.

Le gouvernement feint aujourd’hui de pouvoir abandonner les négociations qu’il conduit pourtant dès le départ. Ce n’est là que pure stratégie électorale. François Hollande, et Manuel Valls, ont bien compris que les Français rejettent ce traité. Ils vont, en conséquence, faire mine de l’abandonner, ou de le renégocier.

Ne vous trompez pas, TAFTA représente leur politique : faussement progressiste, réellement antinationale.