Police 28042016

Cette nouvelle journée de mobilisation aura une nouvelle fois été émaillée de violenceSept syndicats de salariés et d'étudiants ont donné rendez-vous pour battre une nouvelle fois le pavé contre la loi Travail alors que le projet porté par la ministre Myriam El Khomri peine à rassembler. "Gagner le retrait du projet de loi travail est possible", affirme l'intersyndicale qui a appelé à "renforcer les mobilisations" après deux mois de mobilisation

Mais les rassemblements ont rapidement tourné à la révolte dans de nombreuses villes de France. Si en Île-de-France, une centaine de jeunes ont tenté de bloquer le porte de Gennevilliers ce jeudi 28 avril, la violence est montée crescendo au fur et à mesure de la manifestation. À Rennes ou encore à Nantes, les affrontements ont également été extrêmement violents entre les manifestants et les forces de l'ordre.

Selon un décompte à partir de chiffres de la police pour plus de vingt villes, hors Paris, les défilés ont réuni au moins 50.000 manifestants : 8.500 à Nantes, 5.500 au Havre comme à Lyon, 4.800 à Marseille, 4.000 à Rennes comme à Rouen, 3.800 à Toulouse. À Bayonne, environ 2.500 manifestants ont été recensés, 2.200 à Caen, 2.000 au Mans.

Un policier en "urgence absolue" à Paris

Dans la capitale, de violents heurts ont éclaté jeudi après-midi entre la police et des manifestants lors du défilé contre la loi travail. À l'entrée du pont d'Austerlitz, sur la rive gauche de la Seine, plusieurs dizaines de manifestants ont lancé des bouteilles, des pavés et des extincteurs contre les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogènes.

Ces incidents ont interrompu la progression du cortège, qui n'avait pas encore passé le pont, et provoqué l'arrivée de CRS en renfort. Selon France Info, 300 personnes cagoulés ont perturbé le cortège qui avait rassemblé 60.000 manifestants, selon les chiffres de la CGT. Lors de la mobilisation précédente, le 9 avril, les syndicats avaient recensé 110.000 manifestants

La préfecture de police annonce par ailleurs que deux policiers ont été blessés dans les affrontements qui ont éclaté dans la capitale. L'un des deux agents serait par ailleurs en état "d'urgence absolue", selon un message posté sur Twitter.

Par Claire Gaveau le 28/04/2016 avec AFP

RTL