Viallet

Communiqué de Presse de Loup Viallet et Philippe Murer, Présidents des Collectifs Mer&Francophonie et Nouvelle Ecologie du 29/04/2016

Ce vendredi 29 avril 2016 M. Manuel Valls est en Nouvelle-Calédonie pour préparer l’avenir institutionnel de ce territoire français du Pacifique. Ses premiers mots ont été « pour dépolitiser le dossier calédonien », puis pour faire des promesses sur l’avenir de la filière nickel, dont l’industrie – en crise – est grande pourvoyeuse d’emplois locaux.

Mais le Premier Ministre a-t-il vraiment à cœur le bien être des calédoniens ? Va-t-il engager sa parole, au cours de son déplacement, sur la réglementation des OGM dans les Outre-Mer qui n’en sont pas encore protégés ?

La Nouvelle-Calédonie ne connaît aujourd’hui toujours pas d’étiquetage des produits contenant des OGM, pas de disposition concernant l’alimentation animale sans OGM, et surtout pas de position forte quant à un refus de s’engager vers ce type de technologie (ou d’accorder au consommateur la possibilité de choisir de consommer ou pas des produits transgéniques).

Nous nous associons par la présente à la « Lettre ouverte aux institutions de la Nouvelle-Calédonie pour un étiquetage des OGM » de l’association STOP OGM PACIFIQUE, qui propose « Une interdiction des cultures transgéniques en Nouvelle-Calédonie permettrait d’affirmer la volonté du territoire de s’orienter vers des filières agricoles de qualité pour répondre à une demande croissante des calédoniens de produits locaux sains et exempts d’OGM (à l’échelle du territoire, la coexistence OGM/non-OGM est impossible), et vers une meilleure autosuffisance agricole et souveraineté alimentaire. »

Rassemblement Bleu Marine