Dole vue de la rive gauche 1 18022013

En ce début de semaine les habitants du nord du Jura ont reçus dans leur boite aux lettres un exemplaire d'un journal destiné à vanter les atouts touristiques de notre nouvelle "méga" région, la Bourgogne-Franche-Comté intitulé "Va et Vient".

Belle et bonne initiative, surtout en ces temps assez mouvementés touchant notre économie , notamment touristique.Toutefois, quelque chose m'a fait immédiatement bondir : pourquoi l'éditeur du journal qui est aussi celui de Pays Dolois et Pays Lédonien (ancien chef de cabinet de l'ex-maire PS de Dole, soit dit en passant), à fait une utilisation massive de la langue anglaise ?

Ainsi pour parler de la ville de Dole (ville la plus peuplée du Jura, située à 60 kilomètres de Dijon et à 50 de Besançon), Va et Vient, nous la désigne sous le vocable de "The beautiful town" sous le titre générique de "Oh ! my Dole" sur plusieurs pages.

Quant à Dijon c'est "The big town", Beaune est "The capital of wines" quant au département de la Côte d'Or c'est "So pretty" !

Cet anglicisme acharné ainsi délivré me paraît étonnant.

Deux questions m'arrivent alors : Les villes de Dole, de Dijon, de Beaune, les départements du Jura, de la Côte d'Or, auraient-elles soudainement fait sécession de la République Française et de l'Europe pour suivre les britanniques ? La langue française paraitrait-t-elle "ringarde" aux yeux des journalistes de Va et Vient ?

La seconde option apparaît plus comme étant celle qui est la plus proche de la réalité.

C'est assez attristant et c'est même affligeant de constater qu'aujourd'hui il est beaucoup plus valorisant de dire "the enjoy culture" en évoquant les multiples aspects historiques et culturels de Dole que de décrire le plaisir, dans NOTRE langue de les visiter !

GS