Rocard Michel

05/07/2016 – France (NOVOpress)

Après le concert de louanges qui a salué la disparition de Michel Rocard, Eric Zemmour a rappelé son bilan, intellectuel et politique, ce matin sur RTL, ponctuant son énumération de : « Et il paraît qu’on doit lui dire merci »…

Le bilan de Michel Rocard à Matignon, de 1988 à 1991 ? « Avec le RMI, Rocard introduit l’assistanat dans les principes de la protection sociale française et le finance par la dette ; et il paraît qu’on doit lui dire merci… Il invente la CSG, payée par l’ensemble des salariés, pour compenser le chômage de masse et l’évasion fiscale des riches et des grands groupes ; et il paraît qu’on doit lui dire merci… Il a le premier copié les mœurs politiques américaines, en osant divorcer et en le médiatisant ; et il paraît qu’on doit lui dire merci… C’est lors de son passage à Matignon que les communicants ont pris le pouvoir dans l’Etat ; et il paraît qu’on doit lui dire merci… »

« La gauche aime les perdants magnifiques, ironise Eric Zemmour. Elle aime Poulidor et déteste Anquetil. Elle se méfie des hommes providentiels et révère les pasteurs suédois. Elle entretient avec le pouvoir des rapports hypocrites que les puritains ont avec le sexe. Elle célèbre Michel Rocard comme elle adule Pierre Mendès France. »

L’éditorialiste explique le malentendu rocardien :

« Rocard a été battu politiquement par Mitterrand, mais il l’a vaincu idéologiquement. Mitterrand a conservé l’Elysée, mais a mis en œuvre le programme de Rocard. Ce fut la même histoire à droite, où Chirac n’a eu la peau de Giscard que pour mieux se soumettre aux idées de l’ancien président. […] Rocard ne cessera de pester contre ce capitalisme qui avait cessé d’être civilisé, sans jamais reconnaître qu’il avait été l’idiot utile de cet ensauvagement. »

Eric Zemmour rappelle aussi que « Michel Rocard fut le parrain de Terra Nova, ce club de réflexion socialiste qui prône les réformes libérales, le multiculturalisme et défend l’alliance des bobos et des enfants de l’immigration pour compenser la rupture entre la gauche et la classe ouvrière ». « Délocalisation, accroissement des inégalités, immigration de masse, ajoute-t-il : le divorce entre le peuple et la gauche est le fruit des victoires idéologiques du rocardisme. Mais c’est le secret le mieux gardé de la gauche. »

Eric Zemmour conclut par cette anecdote :

« Lorsque le jeune Michel refusa de passer le concours de Polytechnique, lui préférant Sciences Po avant d’entrer à l’ENA, son père, immense scientifique, lui coupa les vivres. “Tu vas apprendre à baratiner“, tança le paternel furibond. »

Commentaire de Zemmour : « Et si le père de Michel Rocard avait eu raison ? »…

Novopress