Illustration de l'entretien d'Elisabeth Lévy au Figaro... :

Dray

Ce matin sur BFM TV, le député socialiste Julien Dray aurait peut être dû se mordre la langue avant de parler. Interrogé sur la faille dans le dispositif de sécurité de la promenade des Anglais, au soir du 14 juillet, le conseiller régional d'Ile-de-France a donné une explication étonnante : "Il faut savoir ce qu'est la fin d'un feu d'artifice. Parce que la fin d'un feu d'artifice dans cette région-là, c'est une fête populaire, il y a des familles et des enfants, c'est même souvent la seule fête que ces enfants-là ont. Et donc les gens sont pressés de partir, et souvent on lève les barrages de contrôle pour permettre le flux parce que les gens ne veulent pas attendre, ils veulent vite partir. Et c'est malheureusement là qu'il y a peut-être une faille"

Depuis plusieurs jours, le gouvernement est pointé du doigt pour l'absence de policiers nationaux, et le ministre de l'Intérieur a même été accusé de mentir par le journal Libération. Mais pour Julien Dray, nul besoin de s'attarder sur le dispositif. L'indiscipline des Niçois, pendant le "temps de guerre" que nous traversons, est pour lui le facteur déterminant qui a permis au terroriste de passer à l'acte : "Il faut un comportement citoyen. Par exemple, quand c'est une fin de feu d'artifice, eh bien, on n'est pas forcé de se précipiter tout de suite pour partir. Il y a peut-être une file d'attente parce qu'on ne va pas lever le dispositif de sécurité. Donc il faut qu'on l'intègre comme on a commencé à intégrer que désormais, quand vous entrez dans des grandes surfaces, vous acceptez d'être fouillé. Ça n'a pas été facile".

Le 22/07/2016

Valeurs Actuelles