Carabinier

La police italienne annonce l'arrestation de huit personnes soupçonnées d'avoir falsifié des documents officiels pour faire entrer illégalement des migrants en Europe, vendredi 5 août. Le réseau est accusé d'avoir acheté des contrats et des factures falsifiés à une entreprise de textile située près de Naples (Italie). Ces documents permettaient ensuite aux huit passeurs, dont aucun n'est de nationalité italienne, d'obtenir des visas de travail pour des migrants en situation irrégulière. Ils étaient vendus 600 euros, selon Corriere della sera (en italien).

Une proximité entre des sympathisants jihadistes et des passeurs

Mais le profil du chef du réseau interpelle également les enquêteurs. Ils le soupçonnent de liens avec le terrorisme, ou, du moins, lui reprochent d'avoir fait l'apologie du terrorisme. Mohamed Kamel Khemiri, un Tunisien de 41 ans, avait en effet prêté allégeance au groupe Etat islamique, lors de conversations sur les réseaux sociaux. "Je le soutiens tant que je serai en vie", avait-il notamment indiqué sur Facebook, indique La Repubblica (en italien). Il avait également salué l'attaque commise contre Charlie Hebdo et les attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. Par le passé, le Tunisien de 41 ans avait déjà été condamné pour trafic de drogue.

"Cette enquête montre qu'il y a un risque que des personnes proches des jihadistes puissent aussi être à la tête de réseaux de passeurs", a résumé Franco Roberti, procureur anti-terroriste italien, à l'agence de presse AGI. Mercredi, l'Italie a justement annoncé qu'elle enquêtait sur la possible implication du groupe Etat islamique dans l'organisation des traversées de milliers de migrants en Méditerranée.

Le 06/08/2016

France TV Info