Conseil d'Etat

Ainsi le Conseil d'Etat qui avait été saisi en urgence par la Ligue des droits de l'homme (LDH) et le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a suspendu l'arrêté de la commune de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) qui interdisait le burkini sur les plages.

Selon la plus haute juridiction administrative de notre pays l'arrété de Lionnel Luca, le maire LR de Villeneuve-Loubet est fautif puisque "les restrictions aux libertés devaient être justifiées par des risques avérés d'atteinte à l'ordre public". Or,"aucun élément ne permet de retenir que des risques de trouble à l'ordre public aient résulté, sur les plages de la commune de Villeneuve-Loubet, de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes"...

Les conséquences d'une telle décision du Conseil d'Etat sont claires : dans tous les cas, elle devrait faire jurisprudence et donc rendre illégales tous les arrétés similaires pris en France.

Ainsi le Conseil d'Etat autorise désormais le communautarisme et prend acte de l'islamisation de fait de notre pays.

Mercredi, j'écoutais la militante féministe Caroline De Haas qui était l'invitée d'Alain Marschall sur BFM-TV .La passionnara d'extrême-gauche s'est indignée  en se demandant si "l'étape d'après" n'était pas d'"interdire les tuniques dans la rue".

Quant à moi, permettez-moi de m'indigner de constater que les associations politiques ultra-subventionnées que sont la LDH -et d'autres- ou clairement islamisée à outrance tel le "Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF)" décident de ce qui est bon pour la société française !

D'ailleurs il n'y a qu'à voir la réaction du porte-parole de ce collectif Marwan Muhammad : "c'est une victoire !"...

La laïcité, pilier républicain s'il en est, instauré par la gauche au début du XXème siècle et à l'époque uniquement dressé contre l'Eglise Catholique et qui veut que le "Principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse" soit formellement respecté , madame de Hass, ex-MJS, ex-membre du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, quand celle-ci était ministre des Droits des femmes, a du oublier de quoi il s'agissait, à l'image de la plupart des invités (de gauche, précisons tout de même)  des plateaux des chaînes de radio et de télévision en ce funeste vendredi soir.

Plusieurs voix se font entendre ce soir afin que nos députés se saisissent de cette question du burkini, qui n'est évidemment, que la face visible d'un énorme iceberg qui va immerger si nous n'y opposons pas d'arrêt.

Le FN demande une législation sur ce sujet depuis des années.

Il serait grand temps de se ressaisir.

GS