dimanche 4 septembre 2016

Un détenu radicalisé blesse 2 gardiens à la maison d'arrêt d'Osny

Un détenu en unité de prévention de la radicalisation a blessé deux surveillants pénitentiaires à la maison d'arrêt d'Osny dans le Val-d'Oise, ce dimanche 4 septembre, selon un communiqué de la Direction de l’administration pénitentiaire du ministère de la Justice. Dans l'après-midi, le détenu a agressé avec une arme artisanale le surveillant venu le chercher à l'issue de la promenade, le blessant au thorax et à la gorge. L'homme a également blessé le second surveillant posté à l'entrée de la cour, venu secourir son... [Lire la suite]
dimanche 4 septembre 2016

Nuages économiques : les incompétents sont au pouvoir !

Boulevard Voltaire Par Mylène Troszczynski , député européen du Front National le 03/09/2016 En cette rentrée mouvementée, focalisée sur les menaces terroristes islamistes (l’ancien juge antiterroriste Trévidic prévoit une année 2017 « épouvantable ») et autres tensions communautaristes du type burkini (« la traduction d’un projet politique, de contre-société, fondé sur l’asservissement des femmes », selon Manuel Valls), il est intéressant de faire un point sur la conjoncture économique.  ... [Lire la suite]
dimanche 4 septembre 2016

Migrants : l’illisible politique d’Angela Merkel

Après avoir été celle qui, il y a un an, a ouvert les vannes de l’immigration-souvent incontrôlée- en Europe, Angela Merkel a depuis durci sa position, arrachant de haute lutte un accord entre l’Union européenne et la Turquie. Sans doute trop tard alors que 346 000 réfugiés, comme révélé par Les Echos, errent toujours à la recherche emploi. Une situation hors de contrôle. Après avoir accueilli les bras grands ouverts de nombreux migrants il y a quasiment un an, jour pour jour, Angela Merkel doit désormais faire... [Lire la suite]
dimanche 4 septembre 2016

85% des Français ne veulent pas de François Hollande comme candidat

Les Français n'en démordent pas. Selon un sondage publié par le Journal du Dimanche ce 4 septembre, ils sont 85% à ne pas vouloir du chef de l'État comme candidat en 2017. S'il indique un désamour de l'électorat national pour son président, le chiffre est encore moins bon qu'au mois d'avril (80%). Pire encore : 57% des personnes interrogées ne veulent "pas du tout" du président à l'élection présidentielle. En revanche, 74% des sondés le voit se présenter à sa succession.Chez le Front de Gauche (86%) et Europe Écologie les Verts... [Lire la suite]