Alshommes

La ville touchée par l'annonce du transfert de l'usine par le groupe ferroviaire se mobilise. 400 emplois sont en jeu

Damien Meslot (Les Républicains) a appelé à une opération "Belfort ville morte" samedi 24 septembre à 14 heures. Il demande à "l'ensemble des habitants de se réunir autour des élus et des organisations syndicales", et aux commerçants de baisser leur rideau pendant une heure.

Hier soir, quelques centaines de personnes ont manifesté à Belfort.

Un appel à manifester jeudi 15 septembre 

Jeudi 15 septembre, l'appel à la mobilisation contre la loi travail va finalement se transformer en manif pour AlstomOlivier Kohler délégué CFDT Alstom a lancé ce mardi un vibrant appel, au nom des quatre organisations syndicales d'Alstom Belfort, "à se mobiliser" jeudi dans les rues, suscitant des applaudissements nourris de ses collègues.

"Jeudi, il faut qu'on fasse peur à la direction (...) Il faut que Henri Poupart-Lafarge (PDG d'Alstom), dans son bureau, entende un peu ce qu'il se passe ici" martèle le syndicaliste qui promet de donner "des frissons aux Belfortains".

Il faudra montrer que les "Alsthommes sont présents, et que les Alsthommes sont là pour se battre !", a-t-il dit devant les salariés. 

Belfort, terminus 2018 pour Alstom

Le groupe a annoncé la semaine dernière son intention de transférer sa production de locomotives de Belfort à Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018, provoquant une cascade de réactions politiques et un bras de fer avec le gouvernement.

Alstom n'envisage ni fermeture de son site franc-comtoisni plan social, mais environ 400 salariés se verront proposer des postes dans d'autres usines du groupe dans l'hexagone.

La pétition en ligne dépasse les 7000 signatures

La ville et les élus mobilisent aussi à travers une pétition en ligne lancée la semaine dernière.

Le 14/09/2016

France 3 Franche-Comté