Cambadelis fd rose

Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a dénoncé ce mercredi la "patte" du Front National dans les manifestations de policiers. 

"Le Front National aujourd'hui se camoufle dans la situation politique", a déclaré ce mercredi Jean-Christophe Cambadélis, lors d'un point presse au siège du PS à Paris. Faisant référence à la manifestation de policiers, il poursuit: "Le FN n'intervient quasiment sur rien même si nous avons vu sa patte dans les manifestations hors la loi qui se sont déroulées avec les forces de l'ordre hier". 

Epinglant également le député Républicain des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, qui a "pris parti" pour les policiers, le premier secrétaire du PS a ensuite dirigé ses attaques vers Marine Le Pen, qui "manie tout à la fois la banalisation et l'excitation. "Il s'est dit "pour le moins surpris" de voir "des policiers chargés de faire respecter l'ordre, être eux-mêmes facteurs de désordre." 
    
François Hollande a de son côté réaffirmé son "soutien" aux policiers, lors du Conseil des ministres, et appelé au dialogue. Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, recevront ce mercredi après-midi les syndicats.

Le soutien stratégique du FN aux policiers

Florian Philippot, vice-président du Front National, a répondu sur Twitter, en faisant savoir que son soutien aux policiers était "sans faille, face à un pouvoir qui a manifestement de la haine pour la police".

Michel Thooris, membre du Comité central du Front National et secrétaire général du syndicat "France police" a vu lui des "manifestations spontanées ou improvisées, marquées par un rejet de l'establishment, des syndicats majoritaires et des politiques. Il ne faut pas y voir la patte de qui que ce soit", d'après celui qui conseillait Marine Le Pen en 2012 sur les questions de sécurité, mais "un malaise fort au sein de l'institution".

Un autre dirigeant du parti a "démenti" toute intervention du FN sur le sujet. Les policiers "ont un tel niveau de sympathie à notre égard que ça peut être perçu comme tel", a-t-il ajouté.

57% des policiers prêts à voter Marine Le Pen

Effectivement, le niveau de sympathie à l'égard du FN de la part des policiers est conséquent. Une étude du Cervipof révèle que 57% des policiers sont prêts à voter pour Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle, contre 30% en 2012. Cette intention de vote de la part de la profession s'explique par plusieurs facteurs: une lassitude générale de la classe politique PS/LR, mais aussi une situation économique précaire, puisque les heures supplémentaires effectuées par les "catégories les moins qualifiées de la fonction publique" ne sont pas rétribuées.

Le 19/10/2016

BFM-TV