chomage image

François Hollande aurait-il réussi son pari d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année 2016 ? Ces soutiens l'affirment alors que le mois de septembre a enregistré la plus forte baisse du nombre de demandeurs d'emplois inscrits en catégorie A, c'est-à-dire qui n'exercent aucune activité. Ils sont 66.300 chômeurs de moins, soit un recul de 1,9%. Une telle baisse n'avait pas été observée depuis vingt ans. C'est également la première fois depuis janvier 2015 que le nombre de chômeurs est passé en dessous de la barre symbolique des 3,5 millions à 3,49 millions de demandeurs d'emploi.

Depuis le début de l'année, on dénombre 90.000 chômeurs de moins et 59.900 personnes sorties des listes sur l'annéeDe beaux chiffres dont s'est félicité le gouvernement via la voix de la ministre du Travail : "Malgré des variations mensuelles parfois fortes, ce sont donc 10.000 personnes qui sortent chaque mois, en moyenne, de la catégorie A" de Pôle emploi, a souligné Myriam El Khomri dans un communiqué. Mais quand on y regarde de plus près, certaines données viennent assombrir cette apparente à une embellie

1. La France compte 617.000 chômeurs de plus qu'en 2012

La forte baisse de demandeurs observée au mois de septembre est indéniable. Mais elle est précédée d'une très forte hausse au mois d'août (+1,4%) et elle est également à nuancer. Depuis l'élection de François Hollande en mai 2012, le ministère du Travail a recensé 617.000 chômeurs supplémentaires en catégorie A. Un chiffre colossal que le gouvernement n'a pas commenté, préférant mettre l'accent sur le fait que le chômage des moins de 25 ans est passé sous la barre des 501.000 individus. Un recul dû à l'explosion des emplois aidésdont l'efficacité a été récemment mise en cause par la Cour des comptes

2. Les catégories B et C comptent 28.300 chômeurs de plus

Si l'on observe les chiffres en se concentrant essentiellement sur les catégories B, les inscrits ayant une activité réduite courte (moins de 78 heures par mois), et C, ceux ayant une activité réduite longue (plus de 78 heures par mois), les tendances sont à la hausse. 13.000 chômeurs de plus en catégorie B et 15.300 de plus en catégorie C. Au total, pour les catégories B et C, ce ne sont pas moins de 28.300 chômeurs de plus inscrits à Pôle emploi

3. 238.900 radiations

Un chiffre est en forte augmentation au mois de septembre : celui des radiations administratives. 238.900 personnes ont en effet quitté Pôle emploi pour "défaut d'actualisation", soit 66.500 personnes de plus qu'au mois d'août. Ce qui permet de soustraire un nombre conséquent des listes de Pôle emploi, sans pour autant savoir ce qu'il est advenu de ces centaines de milliers d'individus. 

4. 73.500 chômeurs de plus en catégorie D

Lorsque les chiffres du chômage sont communiqués, c'est la catégorie A qui est prise en compte, à savoir les demandeurs d'emplois n'exerçant aucune activité professionnelle. Or, François Hollande a lancé en début d'année le plan 500.000 formations, qui sont venues s'ajouter aux 500.000 déjà existantes. Au mois de septembre, 73.500 personnes ont basculé des catégories A, B et C vers la catégorie D, celle des demandeurs d'emplois dispensés de recherches. Un chiffre en hausse de 16,4% sur un an mais en baisse par rapport au mois d'août car les entrées en sessions de formation sont compensées par les sorties. Pour le moment, il est trop tôt pour savoir si ce plan formation a permis un retour à l'emploi.

Par Philippe Peyre le 26/10/2016

RTL