Lilian Noirot Saône-et-Loire

Discours de Lilian Noirot, chargé de mission FN71, conseiller régional et conseiller municipal de Montceau-les-Mines à Digoin le 29/10/2016

Madame, Monsieur,

Je vous remercie d’être présent si nombreux en ce samedi 29 octobre  pour dire NON aux clandestins de Calais à Chardonnay, à Digoin et dans toutes les communes de Saône-et-Loire.

Je tiens également à remercier Monsieur Genet, Maire de Digoin, qui en tant que véritable démocrate et républicain a accepté que nous tenions ce rassemblement pacifique. A l’inverse, nous déplorons l’agitation, la haine et la violence que véhicule quelques nervis d’extrême gauche. Ce sont eux les véritables haineux, ce sont eux les véritables anti-démocrates, ce sont eux les véritables anti-républicains, ce sont eux qui ne respectent pas le Peuple et sa volonté.

Remercions les d’une chose, grâce à eux, notre rassemblement a été davantage médiatisé !

Ce sont eux qui ne respectent pas la légitimité des élus patriotes du Front National pourtant élus démocratiquement par les Français.

Nous nous sommes de vrais républicains, de vrais démocrates. Nous nous respectons le Peuple qui est seul souverain.

Je tiens également à remercier les forces de l’ordre qui sont mobilisées tout au long de l’année pour assurer la sécurité de nos concitoyens. Je les remercie d’autant plus aujourd’hui pour la sécurité qu’ils assurent quant au déroulement serein et pacifique de notre rassemblement alors que certains groupuscules d’extrême gauche n’ont eu de cesse d’appeler à la contre-manifestation voir au « trouble de l’ordre public » !

Et pour enfoncer le clou, un sondage du jour effectué en ligne sur le site du JSL confirme que 71% des lecteurs (donc très représentatif de la population de Saône-et-Loire) sont pour l'autorisation de notre rassemblement. N'en déplaise à l'extrême gauche, une fois de plus le Peuple soutien Marine Le Pen et le Front National !

Si nous sommes réunis aujourd’hui c’est parce que nous dénonçons la politique du gouvernement socialiste et de ses complices LR qui ont notamment voté main dans la main à Bruxelles la folle « politique de relocalisation » de l’immigration.

L’évacuation prétendument « totale » de « la jungle » de Calais et le démantèlement progressif du camp qui ont commencé lundi 24 octobre, après des années d’occupation illégale du site sans que l’Etat ne réagisse, constituent, faute d’une politique visant à arrêter l’accueil des migrants (et par extension à arrêter l’immigration massive), un coup d’épée dans l’eau qui n’empêchera aucunement l’émergence de nouveaux camps dans la région de Calais ou ailleurs en France.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, dès lors que le flux des migrants arrivant sur notre territoire se maintient à un niveau aussi élevé qu’aujourd’hui, nous continuerons d’assister au développement anarchique de bidonvilles du type de celui de Calais sur notre territoire.

En outre, le plan de répartition des migrants de « la jungle », qui comptait officiellement environ 10 000 individus (essentiellement des hommes adultes), est de nature à créer de nombreux problèmes dans les villes et villages d’accueil dont les populations n’ont jamais été consultées. Pourquoi ne sommes nous pas consulté par voie de référendum dans nos communes pour accepter ou refuser l’installation de migrants ? Les dirigeants de LRPS ont-ils peur du résultat du référendum ?

Comme on l’a vu avec Sangatte, la disparition de la jungle de Calais, si elle est une exigence en termes d’ordre public, n’est donc pas une réponse suffisante au regard du problème global que pose l’arrivée massive de migrants dans notre pays.

Résoudre durablement cette crise migratoire sur le sol français nécessiterait de mettre un terme à la folle politique d’accueil des migrants voulue par l’Union européenne et qui n’a rien de la politique « humaniste » vendue par le gouvernement.

En effet, il n’y a rien d’humaniste à faire le jeu des passeurs criminels en recevant des individus entrés illégalement sur notre territoire ; il n’y a rien d’humaniste à permettre l’émergence de bidonvilles en France (preuve de l’incapacité de notre pays à faire face, ne serait-ce qu’au niveau de ses structures d’accueil) où prospèrent toutes les formes d’insécurité (physique, matérielle, sanitaire, sociale), pour les migrants eux-mêmes comme pour les riverains ; il n’y a rien d’humaniste à faire croire à des populations en manque de tout, très éloignées de notre culture, qu’elles pourraient avoir un avenir en France alors que notre pays n’a rien à leur offrir (à commencer par de l’emploi) et que l’immigration massive y est déjà à l’origine de problèmes sociaux et identitaires conséquents.

Il faut donc se libérer des contraintes européennes, rejeter les plans de répartition forcés, retrouver des frontières nationales et réformer le droit d’asile pour le ramener à sa conception d’origine : celle de la protection contre des persécutions politiques.

La « jungle » de Calais est en effet directement reliée à la question de l’asile.

Alors que les demandes d’asile vont franchir cette année la barre symbolique des 100 000 demandes déposées, faisant définitivement du droit d’asile une filière à part entière de l’immigration massive en France, le Front National réclame que les demandes soient traitées et instruites dans des camps de réfugiés internationaux gérés par le HCR, qui est le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

L’humanité consiste à agir beaucoup plus fortement à l’international pour que, d’une part, les migrants soient pris en charge à proximité de leur pays d’origine et, d’autre part, que notre politique étrangère cesse d’inciter à la déstabilisation de territoires entiers, notamment en Libye et en Syrie où le seul ennemi à combattre doit être l’Etat islamique et ses supplétifs.

Et que dire des propos hallucinants tenus par la préfète du Pas-de-Calais expliquant que les incendies ayant embrasés la « jungle » de Calais relèvent de la « tradition des populations migrantes » ?

Pire, la préfète admet avoir été prévenue par « les chefs des communautés » et avoir tenté de les dissuader.

Le rôle du préfet est de faire respecter la loi de la République et de combattre tout comportement qui s’en éloignerait.

Les élus de LRPS n’ont de cesse de dire que cette folle politique ne coûte rien au contribuable. C’est faux et je vais vous donner quelques exemples qui le démontrent.

Au conseil régional de BFC lors de l’assemblée plénière du 14 octobre 2016, la majorité socialiste et ses alliés LR-UDI ont voté un plan de financement d’actions d’apprentissage du français à destination des clandestins, cette somme s’élève à 100 000€.

Ajoutez-y les 1000€ alloués par l’Etat et les 1000€ versés par le Conseil Régional de BFC pour les places d’accueils de migrants, etc.

La facture s’avère importante et elle est supportée par le contribuable français à travers nos impôts. Devinez quels ont été les seuls élus à le dénoncer et à s’y opposer au conseil régional de Bourgogne, Franche-Comté ? Sophie Montel et les élus du groupe « Les Patriotes - Front National » qu’elle préside !

J’invite les maires de Saône-et-Loire à signer la charte « Ma commune sans migrants ». Charte que j’ai moi même proposée au conseil municipal de Montceau-les-Mines où la majorité LR a courageusement voté contre… C'est la meilleure démonstration que ni Sarkozy, ni Juppé, ni Hollande trouveront une solution à ce problème. Ils sont responsables de cette situation et n'y changeront rien. Preuve en est, Sarkozy appelle à voter Hollande face à Marine Le Pen et le PS appelle à voter LR face au FN. Moralité, seule Marine Le Pen représente l'espoir pour le redressement de la France !

« La France apaisée » c’est possible avec Marine Le Pen et nous y arriverons grâce à votre mobilisation pour l’intérêt général, pour l’intérêt de la France et des Français !

Marine Le Pen y parviendra « Au nom du peuple » car c’est l’essence même de tout engagement politique. Une évidence incarnée par Marine Le Pen mais oubliée par les tenants d’un système qui s’est construit contre le peuple.

Alors en 2017, « Au nom du peuple » élisons Marine Le Pen à la présidence de la République Française !

Je vous remercie et je cèdes la parole à mes collègues conseillers régionaux et responsables de la 1ère et 2ème circonscription de Saône-et-Loire, Nicole Caboche et Antoine Chudzik, je tiens de nouveau à tous vous remercier de votre présence.

Page Facebook de Lilian Noirot