Hollande migrants

Imposer aux Français sans aucunes concertations des milliers de clandestins est une faute impardonnable pour nos gouvernants et, bien évidemment en premier lieu, pour le président de la République François Hollande.

L'installation -probable, c'est une révélation du quotidien Le Progrès- d'une centaine de "migrants" venus de Calais (ou d'ailleurs comme de Paris où l'on nous dit que l'on va démanteler le "camp" de Stalingrad ?) dans un ancien internat à Port-Lesney dans le Jura en est l'exemple même.

Port-Lesney est un village qui se situe à une dizaine de kilomètres des villes de Salins-les-Bains et d'Arbois sur la communauté de communes du Val d'Amour. (les élus ont été mis de côté comme ailleurs). Peuplé de 549 habitants, le village profite de sa situation géographique aux bords de la rivière La Loue et de sa nature verdoyante et vallonnée. Quelques entreprises artisanales sont présentes, de nombreux commerces, quelques bistrots et restaurants sont là pour acceuillir comme il se doit les visiteurs qui se pressent en toutes saisons à venir au bord de l'eau.

Mais que vont donc faire dans cette havre de paix (jusqu'alors) 100 clandestins, tous des hommes, venus clairement ici pour profiter du "vivre à l'occidental" et non pas comme voudrait nous le faire croire nos gouvernants du "vivre ensemble" qui n'existent que dans la tête des "biens-pensants"?

D'autre part, il y a une question qui me taraude l'esprit depuis que le gouvernement socialiste, appuyé fortement par ses "opposants" LR-UDI a pris la décision de démultiplier les "jungles" dans tout le pays en n'hésitant pas à ouvrir le porte-monnaie pour "mettre aux normes " des centaines de lieux quelquefois un peu laissé de côté comme c'est le cas avec l'ancien internat du lycée du bois à Port-Lesney.

Et nos SDF ?

Par un coup de baguette magique, digne de celle qu'utilise les fées de nos contes, le gouvernement de monsieur Valls à trouvé près de 500 lieux sur notre territoire national (sauf l'Ile-de-France et la Corse ) pour accueillir les "migrants", tandis que l'on nous serine depuis des années qu'il est impossible de trouver et de financer des centres d'accueil pour nos SDF... Y aurait-il une "priorité étrangère" appliquée aux sans-abris ?

Nos Sans Domiciles Fixes eux vont probablement continuer à vivre en se demandant chaque jour où dormir et où trouver une soupe à manger...mais tout comme leurs compatriotes, ils n'ont rien à dire face à ces décisions "humanistes"...

Mais revenons vite à notre sujet principal : la venue de milliers de clandestins dans nos départements.

Comme on me l'a encore dit aujourd'hui au cours des conversations que j'ai avec mes collègues de travail entre autres (et pas toujours frontistes !) c'est là une question de logique : en effet, ces personnes ne sont pas là pour trouver du travail ou pour s'intégrer. Ils sont venus en Europe et en particulier en France pour profiter d'une vie à "cent mille lieux" de celle que vivent leurs compatriotes , ils n'arrivent pas de pays en guerre (au contraire de ce que vociféraient les contre-manifestants de Digoin ce samedi) mais de pays en crises économiques majeures et ce, depuis des lustres.

De plus, ils possèdent une autre culture (ils sont majoritairement musulmans, avec tout ce que cela comporte, notamment envers les femmes) qui est totalement incompatible avec notre façon de vivre et de penser.

Pour terminer je laisse la parole à Caroline Artus qui dans un article publié mercredi dernier sur BV intitulé "des migrants partout : CAO ou chaos ?" écrit :

"Tous les ingrédients sont réunis pour déclencher de violents affrontements. Intégration rendue illusoire par le nombre, par l’hétérogénéité des arrivants entre eux autant que par celle de tous avec les autochtones. Pourtant, Moi-4% se demande, le regard perdu à l’horizon : « Comment peut-on éviter la partition ? »

On ne l’évitera pas : CAO, un sigle prédestiné ?"

GS