Araud

Alors que l'élection de Donald Trump se profilait cette nuit, l'ambassadeur de France aux Etats-Unis a réagi sur Twitter.

Habitué des sorties hasardeuses, il a évoqué un "monde qui s'effondre" et un "vertige". "Comment ose-t-il" s'indigne sur Twitter une chroniqueuse de Fox News. Cette nuit, l'ambassadeur de France aux Etats-Unis est clairement sorti de son rôle au moment de commenter, à chaud, la victoire de Donald Trump qui se profilait. "Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige" écrivait-il sur le réseau social.

"C'est la fin d'une époque, celle du néolibéralisme" ajoute aussi le diplomate. Rapidement, Gérard Araud supprime son message. Par crainte d'un incident diplomatique ? Insulter le futur président nouvellement élu de la première puissance mondiale, quand on s'exprime au nom de la France, censée être un partenaire et un allié, n’est pas forcément recommandé.

Outre la chroniqueuse de Fox News, de nombreux internautes ont réagi pour dénoncer l'attitude peu diplomatique du diplomate. Comme Eric Anceau, professeur d'histoire à la Sorbonne et engagé dans le mouvement Debout la France de Dupont-Aignan. L'universitaire tweete : "Il est urgent de faire taire immédiatement Gérard Araud. Il nuit aux intérêts supérieurs de la France et fait de notre pays la risée du monde".

L'ambassadeur n'en était pas à son coup d'essai en matière de messages insultants. En janvier 2015, Donald Trump s'était interrogé sur Twitter après l'attentat de Charlie Hebdo. "N'est-il pas intéressant que la tragédie de Paris ait eu lieu dans l'un des pays les plus fermes en matière de contrôle des armes à feu ?" écrivait le milliardaire. Négligeant la réserve que lui impose sa fonction, Araud répondait : "Ce message est répugnant de manque de décence. Vautour".

Au moins de juin dernier, il avait invectivé Donald Trump avec la même véhémence. Au candidat républicain qui affirmait que la France pourrait annuler l'Euro 2016 de football pour des raisons de sécurité, le diplomate répondait qu'il avait tort, avant d'ajouter : "Même pendant une campagne électorale, les faits ont une certaine pertinence".

Le 10/11/2016

Valeurs actuelles

Note BYR : Rappelons qu'hier, Gilbert Collard, député du Gard, a lui aussi réclamé la mise à l'écart de l'ambassadeur Araud au ministre des Affaires étrangères.