Police enseigne de commissariat

La justice a prononcé l’irresponsabilité pénale de l’automobiliste, atteint de troubles psychiatriques, qui avait foncé délibérément sur des passants en décembre 2014 à Dijon aux cris de «Allahou Akbar», blessant 13 personnes.

Samuel Estève, l’avocat de l’automobiliste qui avait blessé 13 passants en leur fonçant dessus le 21 décembre 2014 à Dijon, a accueilli favorablement la décision de la chambre d'instruction de la cour d'appel qui a déclaré son client pénalement irresponsable.

«Les expertises psychiatriques concluaient toutes à l'irresponsabilité» du chauffeur, «manifestement en crise» au moment de son acte, a souligné l’avocat dans le journal Le Parisien, évoquant les 157 passages en hôpital psychiatrique de son client.

Samuel Estève a ensuite précisé que son client, qui avait crié «Allahou Akbar» au moment de son acte, était «sincèrement» repentant et désolé de ce qu'il avait fait et qu’il avait «été reconnu coupable des faits» et «civilement responsable» de ses actes. Hospitalisé à Lyon, l’homme s'est vu retirer son permis de conduire et fait l’objet d’une interdiction de port d’arme.

Lors de son interpellation après les faits, le Français, de mère algérienne et de père marocain, avait indiqué aux policiers qu’il avait agi seul et avait été ému par la souffrance des enfants palestiniens et tchétchènes. Au vu de ses antécédents psychiatriques, le procureur de Dijon, Marie-Christine Tarrare, n’avait pas retenu la piste terroriste.

Le 01/12/2016

RT France

Note BYR : Il y a vraiment beaucoup de fous criant «Allahou Akbar» ces derniers mois en France... Le terroriste de Nice, le 14 juillet dernier il était atteint lui aussi de troubles psychiatriques ?