Migrants havre

"Etre humains, pas migrants”, “l’Etat nous abandonne”. C’est au rythme de ces slogans scandés que des migrants soudanais ont manifesté lundi soir devant la sous-préfecture du Havre.

Ils sont arrivés dans la ville il y a un mois et demi à la suite du démantèlement de la jungle de Calais. Ils sont aujourd’hui hébergés dans un centre d’accueil et d’orientation (CAO). Lundi soir, ils n’ont pas hésité à dénoncer et critiquer leurs conditions d’accueil et d’accompagnement, notamment en ce qui concerne leurs démarches administratives, rapportent France Bleu Normandie. Les délais d’attente seraient en effet trop longs à leurs yeux.

La préfète Nicole Klein leur a répondu en affirmant que ce qu’ils dénonçaient était “faux” : “les démarches administratives sont en cours dans des délais parfaitement normaux. L’Etat s’est fortement impliqué et ne les a pas abandonnés”, confie-t-elle à France Bleu Normandie.

Le 20/12/2016

Valeurs actuelles