aid-el-kebir cochon mouton

Il encourt une peine de 6 mois de prison et 15.000 euros d'amende. L'enquête dira pourquoi et comment 10 agneaux ont été égorgés et dépecés hier dans une exploitation agricole près de Dampierre-sur-Salon (70). 

L'opération en flagrance des gendarmes a permis de découvrir d'autres carcasses d'animaux à Lure et Port-sur-Saône. Les acheteurs des moutons étaient présents. Ils ont expliqué avoir voulu abattre eux même leurs moutons, selon le rituel musulman. 

Dans le département de la Haute-Saône, l'abattage des moutons ne peut se faire que dans le cadre de l'activité de l'abattoir de Luxeuil-Les-Bains. 400 moutons ont été abattus dans la seule journée de vendredi. La structure garantit le respect des règles d'hygiène, de sécurité du public, et un sacrificateur y est agréé par la communauté musulmane. Tout abattage en dehors de ce cadre est illégal. Un autre abattoir agréé se trouve à Besançon pour la Franche-Comté. 

Dans les Bouches-du-Rhône, 300 moutons saisis

Dans d'autres régions française, l'abattage illégal reste encore présent même s'il s'agit d'un phénomène minoritaire

Quelque 300 moutons ont été saisis lors d'opérations de lutte contre l'abattage clandestin de moutons dans les Bouches-du-Rhône.

150 moutons ont été saisis avant qu'ils ne soient abattus chez un éleveur de Sénas, et 120 chez un autre à Mouriès.

Les bêtes ont été confiées à laFondation Brigitte Bardot, partenaire chaque année d'opérations de ce type.

L'État poursuivra "les contrôles durant les deux derniers jours de l'Aïd afin de garantir la protection des consommateurs susceptibles d'être exposés à de graves risques sanitaires", a ajouté la préfecture des Bouches-du-Rhône dans un communiqué.

Un agriculteur interpellé en Alsace

Un agriculteur alsacien retraité a été interpellé vendredi en Alsace alors qu'il participait dans un pré à l'abattage clandestin de moutons dans le cadre de la fête musulmane de l'Aïd-el-Kebir.

Cet agriculteur d'Oermingen près deSarre-Union (Bas-Rhin), âgé d'environ 82 ans, proposait ses services à des musulmans pour abattre des moutons dans le cadre de la fête de l'Aïd, pour "arrondir ses fins de mois"

Par Sophie Courageot le 02/09/2017

France 3 Franche-Comté