Armée nord coréenne

Kim Jong-un a bel et bienprocédé à un nouveau tir de missile balistique, le sixième, dimanche, en Corée du Nord. L'information, dans un premier temps rapportée par l'armée sud-coréenne, a été confirmée par leJapon. "Le gouvernement confirme que la Corée du Nord a réalisé un essai nucléaire, après avoir étudié les informations de l'agence météorologique et d'autres informations", a déclaré le ministre japonais des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse. 

Tokyo a adressé une protestation à l'ambassade de Corée du Nord à Pékin et ce avant même que l'essai nucléaire ne soit confirmé.

Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, a qualifié cet essai d'acte "extrêmement impardonnable". Quelques heures avant, l'armée sud-coréenne annonçais qu'"une secousse artificielle de magnitude 5,6 a été détectée près de Punggye-ri, en Corée du Nord, à 12 heures 36 [dimanche), et nous l'analysons pour voir s'il s'agissait d'un essai nucléaire".

En parallèle, l'institut géologique américain USGS dit avoir enregistré, aux alentours de 12 heures (heures locales),une secousse tellurique de magnitude 6,3, signalantune possible "explosion" dans une mine nord-coréenne. Selon l'institut, la déflagration a été localisée à 24 kilomètres au nord-est de la ville de Sungjibaegam, dans la province de Hamgyeong Nord, soit à proximité du lieu où la première secousse a été détectée par l'armée sud-coréenne."C'est une explosion plutôt qu'un séisme", a déclaré Jana Pursely, chercheuse à l'USGS. "Cet événement peu profond ressemble à une explosion". Le Centre chinois de surveillance sismique a également fait état d'une secousse tellurique de magnitude 6,3, provoquée par une "explosion présumée", et localisée à une profondeur "nulle", a annoncé le gouvernement dans un communiqué. 

Bombe à hydrogène

Si cela était confirmé, cenouveau tir serait lesixième essai nucléaire mené par Pyongyang. Lesprécédents essais nord-coréens avaient tous entraîné des secousses telluriques détectées par les agences géologiques étrangères. Le gouvernement de Kim Jong-un ne semble pas décidé à ralentir le rythme de ses efforts nucléaires. Dimanche, peu de temps avant la publication des informations sud-coréenne et américaine, laCorée du Nord a affirmé avoir développé une bombe à hydrogène pouvant être installée sur le nouveau missile balistique intercontinental dont dispose le régime de Pyongyang

Des analystes étrangers ont émis ces derniers mois des doutes sur la capacité de la Corée du Nord à fabriquer une bombe H (bombe à hydrogène ou thermonucléaire) et à la miniaturiser suffisamment pour pouvoir l'installer sur un missile.  Mais l'agence de presse officielle KCNA a annoncé dimanche que le numéro un nord-coréen avait inspecté une bombe de ce type lors d'une visite à l'Institut des armes nucléaires du régime nord-coréen.

Par Ambre Deharo le 03/09/2017

RTL