Marine 110617

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National, du 06/10/2017

Alors qu’après la présidentielle, beaucoup croyaient que le temps s’était arrêté, que l’élection de M. Macron marquait une sorte de fin de l’histoire, l’horrible attentat de Marseille vient nous rappeler qu’il n’en est rien, que le cours parfois tragique de la vie n’est pas interrompu et que notre responsabilité à l’égard de notre pays reste immense.

Ces deux jeunes filles qui souriaient à la vie étaient nos enfants, égorgée et poignardée, un après-midi dans notre pays, tout simplement parce qu’elles étaient Françaises.

Ce qui est arrivé, arrivera encore.

La loi prétendument « contre le terrorisme » qui vient d’être votée instaure un sous-état d’urgence, c’est-à-dire abaisse notre arsenal juridique alors que la menace terroriste n’a jamais été aussi pressante. Cette  loi inutile et même nuisible peut pratiquement se résumer en un manuel de politesse à l’égard des islamistes.

Le texte du gouvernement comporte, de surcroît, deux vices originels qui le rendent quasiment hors sujet :

  • Il envisage l’acte terroriste comme un acte de délinquance normal alors même qu’il s’agit d’un acte de guerre qui exige des procédures et des juridictions spéciales.
  • Il ne s’attaque pas à la cause du terrorisme qu’est l’idéologie islamiste.

En avril 2017, après l’attentat des Champs-Élysées, M. Macron avait le cynisme d’avouer qu’il n’allait « pas inventer un programme contre le terrorisme dans la nuit. »  (sic)

Plus de 5 mois et 7 attentats après, force est de constater qu’il n’a toujours pas de plan contre le terrorisme.

Front National