Italie Lombardie Vénétiejpg

Six mois après le premier tour de la présidentielle quel serait aujourd’hui le vote des Français ? Selon le sondage IFOP  pour le JDD, Emmanuel Macron conforterait son score du 23 avril dernier avec 24% des voix (+4 points grappillés principalement à droite) devant Marine Le Pen qui recueillerait 21,5% des suffrages (+0,3 point). Tous les autres gros candidats dévissent et si Jean-Luc Mélenchon pointe à la troisième place dans cette enquête, bénéficiant du recul du républicain François Fillon, il ne bénéficierait que de 18% des suffrages exprimées (-1,6 point). Marine apparaît donc confortée dans son rôle d’opposante numéro un au macronisme, grâce à un coefficient de fidélité particulièrement élevé  au sein de l’électorat national  – 81% revoteraient pour elle et  91% des sympathisants frontistes. 

De fidélité à la couronne espagnole, telle est  la  question centrale qui agite la Catalogne depuis le référendum contesté sur l’indépendance. Une interrogation sur le poids réel du soutien populaire aux velléités de séparation avec l’Espagne qui pousse un grand nombre de Catalans à souhaiter de nouvelles élections pour dénouer le conflit et clarifier la situation politique. Selon le sondage paru vendredi dernier  dans le quotidien El Periodico, 68,6 % d’entre eux  seraient favorables  à la  tenue de « nouvelles élections pour essayer de résoudre le conflit. »

Samedi, lors d’un conseil des ministres extraordinaire, le chef du gouvernement espagnol et membre du Parti populaire (droite),  Mariano Rajoy,  a renforcé  la pression sur  le gouvernement catalan de  Carles Puigdemont. Ce dernier et ses ministres régionaux ont déjà été mis en examen, sous les chefs  de « désobéissance, abus de fonction et malversation de fonds publics»,  depuis la convocation  jugée illégale  pour le référendum d’autodétermination du  1er octobre.  Fort du soutien du  Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et deCiudadanos (parti anti-indépendantiste), Madrid a franchi une étape supplémentaire.  Il a été  décidé d’un plan d’ensemble dont les différentes mesures seront soumises à un vote du sénat  vendredi prochain.  Sans suspension de l’autonomie dont jouissait déjà la Catalogne, lesdites mesures s’apparentent à une mise sous tutelle, telle qu’elle est prévue par l'article 155 de la Constitution espagnole dans le cas de régions  qui nuiraient  « gravement l’intérêt général ». M. Puigdemont et ses amis ont dénoncé sans grande originalité le retour aux heures noires du franquisme que constituerait notamment selon eux la reprise en main en Catalogne par le gouvernement espagnol de la police régionale, des médias publics, l’interdiction de transfert de fonds à  des « organismes ayant des relations avec le processus sécessionniste »…

Comparaison  n’est pas raison, mais difficile de ne pas faire le lien entre le la crise catalane, voire le Brexit, et le vote qui se déroulait ce dimanche dans les régions  de Vénétie et Lombardie (Italie du nord). Un référendum qui posait la question   d’une autonomie accrue ardemment promu par le parti identitaire (mais qui a abandonné depuis longtemps son programme indépendantiste) de la Ligue du Nord, actuellement au pouvoir dans ces deux régions.   Dans  une Italie contemporaine  sans tradition centralisatrice, dont l’unité s’est faite tardivement balayant royaumes, principautés, villesrépubliques indépendantes , et dans un contexte économique  inquiétant, les partisans d’une prise de distance avec Rome ont su trouver une audience. Le OUI en faveur de « formes supplémentaires et conditions particulières d’autonomie » – soutenu également par les populistes du Mouvement cinq étoiles le parti de droite centriste Forza Italia de Silvio Berlusconi, des syndicats et des organisations patronales- a atteint   98 % en Vénétie et 95 %  en Lombardie avec une participation conséquente  -respectivement  57% et 40%.  

Comme pour la Catalogne (entre 17 et 20% du PIB espagnol) , la question financière et de redistribution des richesses est au cœur des souhaits accrus d’émancipation-autonomie en Italie du nord, la Lombardie et la Vénétie pesant au total  30 % au PIB italien et 15 millions d’habitants. Le sentiment ( ancien, assez généralisé et souvent vérifié dans les faits)  d’une mauvaise gestion des fonds publics par le pouvoir central (auquel peut s’amalgamer un rejet de la tutelle bruxelloise); le ras-le-bol d’être des vaches à lait , de  payer  pour les autres régions moins riches du sud de la botte et/ou appréhendés comme parasites,  ont  fini par se substituer chez certains à la défense première de l’unité et de la solidarité nationales… pour laquelle les patriotes et  nationalistes italiens avaient tant œuvré.

Matteo Salvini, le dirigeant de la Ligue du Nord, dont les députés européens siègent avec ceux du Front National au sein de l’ENL, s’est félicité hier soir que des millions d’électeurs aient exprimé leur vœu d’« une politique plus proche, plus concrète et efficace, moins de bureaucratie et de gâchis». Électeurs qui ont aussi approuvé, via cette question sur l’autonomie, la défense de l’identité lombarde et  vénitienne qui en est le soubassement. Une problématique plus actuelle que jamais note Bruno Gollnisch,  au moment ou l’Italie est en première ligne face à la submersion migratoire, laquelle est aussi une conséquence de l’inféodation du gouvernement italien à la  politique pusillanime menée par  les instances bruxelloises dans ce domaine

Électeurs italiens  parfaitement conscients du combat identitaire mené ces dernières années par la Ligue du Nord contre l’immigration sauvage. Les Italiens du nord sont eux aussi confrontés à une augmentation considérable  des viols, des agressions violentes,  des exigences  communautaires islamiques.   En réaction,  une loi  a été votée en Vénétie -dénoncée immédiatement  par l’évêque de Venise–   restreignant   la construction de nouveaux lieux de culte mahométans.

Nos voisins transalpins ont été choqués à cette occasion par la provocation  d’un  groupe  islamiste basé en Italie, dénommé Rumiya Al-Mawu. Cette entité dont  la page internet compte 80 000 inscrits,  a appelé  les membres de l’oumma à travers le monde  à rejoindre l’Italie,  afin de «renforcer notre communauté et nous aider à garantir un futur meilleur pour tous »,  car « si la communauté islamique en Italie était plus forte et nombreuse cela (cette loi en question, NDLR) ne serait pas arrivé »…

La Ligue du nord et Matteo Salvini ont aussi donné de la  voix  en juin dernier en menant campagne contre la refonte de la loi  de nationalité voulue par  la gauche,  les centristes et la conférence des évêques italiens afin d’imposer le droit  du sol pour fabriquer des Italiens de papierComment ne pas voir que l’incapacité de Bruxelles et des gouvernements a protéger leur peuple contribue grandement au développement de forces centrifuges qui menacent l’existence même des Etats européens en les minant de l’intérieur? 

Affaiblissement de nos nations dont on peut sérieusement douter qu’il  puisse être bénéfique aux  régions, provinces et patries charnelles, autonomes ou non,  de notre continent européen

Le 23/10/2017

Bruno Gollnisch