Briois 2017

Editorial de Steeve Briois, SG du Front National du 27/10/2017

Les phénomènes médiatiques ont ceci de pernicieux qu’ils peuvent convaincre des réalités qui n’en sont pas. Des bruits de fond tellement répétés qu’ils provoquent une ambiance, un sentiment qui parfois, à tort, devient une conviction.

Certains parmi nous ont pu ainsi traverser ces derniers mois une phase de découragement, pensant que notre ascension était enrayée par un débat un peu moins bon que les précédents, par les modestes départs d’aigris nettement moins modestes

La réalité et le terrain nous donnaient toutes les raisons de rester optimistes. 11 millions d’électeurs au second tour de l’élection présidentielle et 8 députés plus tard, sans compter un accueil au quotidien toujours aussi enthousiaste : comment ont-ils pu croire en une déconvenue ?

La réalité, c’est ce qu’un sondage IFOP publié le 22 octobre dans le Journal du Dimanche est – une fois n’est pas coutumevenu nous rappeler. Et de manière particulièrement claire, en confirmant que nous sommes aujourd’hui toujours aussi forts qu’à la veille de ce 1er tour historique de l’élection présidentielle, quand dans le même temps Jean-Luc Mélenchon semble reculer.

A rebours de l’ambiance médiatique qui traite la France Insoumise avec une complaisance hallucinante, lui prêtant une audience et une influence que le réel vient systématiquement nier. C’est une leçon pour beaucoup de politiques, même parmi les plus expérimentés : il ne faut se fier qu’au terrain, qu’à une réalité à laquelle on doit se confronter au quotidien. Et surtout ne jamais cesser l’action politique et militante.

Entre ceux qui ne vivent que des réseaux sociaux et des plateaux TV, et ceux qui existent par leur engagement, comme militants et comme élus, il y a un fossé terrible. La semaine parlementaire a encore une fois démontré à quel point nos députés pouvaient être efficaces, pugnaces et compétents. Vous ne le verrez pas à la télé, mais nos électeurs en sont conscients

Il faut se désintoxiquer par l’action, que l’action et rien que l’action.

La refondation du Front National nous offre cette occasion en or. Nous devons encore évoluer pour progresser, accepter de nous remettre en question et entendre les messages envoyés par les Français : ceux qui s’y refusent choisissent la facilité du clanisme et des tentations groupusculaires. Les autres savent que les victoires se font au prix de la sueur, de l’effort et de la volonté. Je vous invite donc à participer activement à la refondation de notre mouvement.

Chaque adhérent, militant et élu a, et aura, son mot à dire.

En avant pour un nouveau Front !

Front National