Bois d'Arcy prison

Une quarantaine de députés « de tous bords », nous affirme Le Figaro, ont effectué une visite « surprise » dans une trentaine de prisons françaises. Pas de tout bord puisque, comme nous le confirme par téléphone mercredi matin Ludovic Pajot le benjamin de l’Assemblée, les députés du Front national n’ont pas été invités.

Ce sont des prisonniers un peu éberlués qui ont vu débarquer en escarpins à talons hauts et tailleur cintré la députée LREM Yaël Braun-Pivet, novice à l’Assemblée et présidente de la commission des lois. Moitié « Marie-Chantal aux Baumettes », moitié coup de com’ en présence de journalistes conviés à l’avance, cette macroniste dont l’amateurisme a été moqué à l’Assemblée, est venue voir « comment ça se passe en prison ».

« Montrez-moi une cellule bien crade », demande-t-elle dans un grand rire sonore à la directrice de Bois-d’Arcy. « Dans cette double cellule » raconte L’Obs en riant un peu sous cape, « quatre quinquagénaires, chacun vautré dans son petit espace vital, tuent le temps en regardant ‘‘Les Z’amours’’ sur France 2. Un peu de linge pend au ciel. Un des quatre pensionnaires, occupé à un semblant de vaisselle, a encore les mains mouillées en serrant celles de ses visiteurs ». Ou encore ce détenu « qui regarde Arte de bon matin tandis que ses deux codétenus sont aux ateliers ou en promenade et raconte comment il glisse la table au milieu de ce huis clos pour que chacun puisse poser sa gamelle et manger chaud : c’est la communauté, c’est comme ça ». Ouf, Yaël Braun-Pivet n’est pas tombée sur les plus « crades ».

Elle n’a vu ni les 500 téléphones confisqués ces derniers mois à Bois-d’Arcy, ni les kilos de cannabis saisis. Et n’a rencontré aucun radicalisé, ni disciple de l’Etat islamique concentrés dans les établissements de la région parisienne. Ils auraient sûrement eu des choses intéressantes à lui dire pourtant. Elle n’a pas demandé à être présentée au converti de 22 ans ni au Camerounais de 28 ans stoppés in extremis par l’anti-terrorisme, alors qu’ils projetaient en octobre dernier un attentat islamiste depuis la prison de Fresnes où ils étaient incarcérés.

En 2016, la tentative d’égorgement d’un surveillant d’Osny au sein de la vitrine des expérimentations de déradicalisation françaises avait arrêté net ce beau projet gouvernemental. Depuis, le gouvernement n’a aucune solution et n’a pris aucune mesure. Ce sont des centaines de radicalisés nourris, logés, réchauffés et entretenus par nos soins et nos impôts qui menacent de sortir à plus ou moins long terme et de massacrer d’autres Mauranne et Laura.

« Ah les douches, on a oublié d’inspecter les douches ! » lancera assez théâtralement l’élégante parlementaire en se frappant le front au moment de partir. « Trop long et trop compliqué de faire machine arrière dans le long couloir » explique L’Obs. « D’autant qu’il se fait tard. La députée promet qu’elle reviendra »…

C’est vrai qu’elle s’est déjà fait une sacrée idée de la réalité.

Par Caroline Parmentier le 08/11/2017

Présent