Brexit ballon

Les Britanniques ont maintenant une idée précise du jour auquel ils n'appartiendront plus à l'Union européenne.

"Notre amendement indique clairement que le Royaume-Uni quittera l'Union européenne à 23 heures (GMT, ndlr) le 29 mars 2019", a déclaré dans un communiqué David Davis, le ministre en charge du Brexit. Selon son ministère, certains députés s'inquiétaient de ne pas voir la date de mise en oeuvre du Brexit inscrite dans la loi. La précision fera l'objet d'un amendement au projet de loi de retrait de l'Union européenne, en cours d'élaboration au parlement. 

"Nous avons écouté les membres du public et du Parlement, et nous avons apporté ce changement pour éviter toute confusion", a précisé David Davis. Après le vote des Britanniques en faveur du Brexit lors du référendum de juin 2016, la Première ministre Theresa May avait officiellement formalisé le 29 mars l'intention de son pays de quitter l'UE. 

Elle avait ainsi ouvert une période de tractations de deux ans avant le retrait officiel du Royaume-Uni. Lors d'un discours prononcé à Florence, en Italie, le 22 septembre dernier, Theresa May avait répété son intention de voir le Brexit se concrétiser le 29 mars 2019, une date qui n'est donc pas une surprise.

Plus surprenante est l'heure choisie par le gouvernement britannique.

Les dirigeants européens s'attendaient à ce que le Brexit survienne à minuit heure de Londres. Il surviendra finalement à minuit heure de Bruxelles, et donc une heure plus tôt au Royaume-Uni. L'amendement sera intégré au projet de loi de retrait de l'UE, qui doit faire l'objet d'un examen détaillé en commission à partir du mardi 14 novembre. Ce projet de loi gouvernemental, texte crucial dans le processus de sortie de l'Union européenne, est destiné à mettre fin à la suprématie du droit européen au Royaume-Uni.

ParClémence Baudoin le 10/11/2017

RTL

Note BYR : le résultat d'un référendum respecté par un pays d'Europe... cela change de l'exemple français de celui du 29 mai 2005 , 54,68 % de non à cette Europe là !!! Encore un grand merci à Sarkozy et à la clique européiste de l'RPSEM !