Mouton explosif

Emmanuel Macron a certainement vécu lors d'une autre vie comme expert en sabotage et explosif...

On ne peut que constater que depuis son élection à la présidence de la République, rien ne va plus très droit dans l'ensemble des formations qui s'opposent à la sienne. La sienne qu'il a d'ailleurs largement verrouillée en plaçant -sous les applaudissements et les agenouillements soumis de ceux qui espéraient autre chose- à sa direction  un ancien élu socialiste qui conserve en plus son poste de ministre des relations avec le Parlement !

Du côté du PS, la roue a bel est bien tournée, obligé de mettre en vente son siège historique de la rue de Solférino, de licencier nombre de ses employés et de tenter d'exister dans toutes les assemblées du pays, non seulement les voilà qui excluent leurs cadres (Gérard Filoche par exemple) mais subissent un départ dans les rangs de leur groupe au Palais Bourbon, en la personne d'Olivier Dussopt, élu de l'Ardèche, qui vient d'être nommé secrétaire d'Etat...

Un secrétaire d'Etat qui à, il y a quelques jours voté contre le le projet de loi de finances pour 2018 présenté par par Gérald Darmanin… devenu depuis son ministre de tutelle.

Bravo pour les convictions, le respect de ses électeurs et le courage politique !

Côté Républicain, la douche froide se poursuit avec en surplus des nominations d'Edouard Philippe, Bruno Le Maire, Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu a l'exécutif, l'exclusion de Thierry Solère qui devient le troisième Questeur de l'Assemblée pour LREM puisqu'il vient de rejoindre l'écurie macroniste, de Franck Riester, qui lui vient de créer un énième nouveau parti dit de "droite" -Agir-"pour défendre les idées libérales, sociales, européennes, humanistes et réformistes de la droite et du centre" et dont le seul programme se limite...à combattre le FN et ses idées.

On notera que parmi les fondateurs de ce nouveau parti se trouve Alain Chrétien le maire de Vesoul.

Chez Mélenchon on se cherche entre la tendance Obono, celle qui voit dans la "lutte", une imagerie "anti-coloniale" mais surtout "anti-blanche" qui voudrait s'allier avec des personnages du type de Houria Bouteldja et du PIR , et une autre plus classique faite des idées révolutionnaires marxistes-léninistes qui, faut bien le reconnaitre, ne sont plus guère défendues par le parti d'origine qui a misé sur une partie de l'électorat bien éloignée des préoccupations de messieurs Laurent et autres encartés PCF.

On s'arrêtera là mais tout de même un mot sur notre formation.

Il faut tout de même rappeler à tous les détracteurs de Marine Le Pen, y compris au président des Patriotes, qui crache désormais en permanence sur une personne qui l'aura fait sortir d'une ombreil serait sans doute demeuré sans elle, que si près de 11 millions de nos compatriotes se sont portés sur son nom lors du second tour des élections présidentielles, c'est bien que les Françaises et les Français voient en elle et à la formation quelle dirige et qui est en pleine refondation, un espoir pour un avenir autre que celui que nous tendent l'ensemble de la classe politico-médiatique, suivi de celle économico-bancaire qui semble être passée elle aussi à l'offensive ces derniers jours.

GS