DGSI siège

Selon nos informations, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a interpellé en début et en fin de semaine dernière deux islamistes radicaux, un jeune homme et une jeune femme, respectivement dans les agglomérations de Lyon et de Paris. Actifs sur les réseaux sociaux et en contact avec des membres de l'État islamique dans la zone syro-irakienne, ils projetaient de passer à l'action chacun de leur côté, sans lien entre eux.

«Déterminés», selon une source informée, ils avaient réalisé des repérages et envisageaient de cibler notamment des porteurs d'uniformes, sans que leur projet soit encore abouti.

Les militaires en ligne de mire

Âgé de 21 ans, l'homme a été interpellé le 22 décembre. Souhaitant répondre aux appels de l'État islamique, il projetait de commettre une attaque à l'aide d'une arme à feu ou d'arme blanche contre des militaires en priorité. Il a été mis en examen pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle» et écroué le 26 décembre.

De son côté, la femme, âgée de 19 ans, a été interpellée le 18 décembre en région parisienne. Mise en examen des mêmes chefs d'accusation, elle a été placée en détention provisoire le 21 décembre. En garde à vue, elle a approuvé les attentats de 2015 et a reconnu un projet d'action violente en province, là où les forces de l'ordre sont moins présentes. D'autre part, elle a avoué avoir été à la recherche d'armes à feu depuis octobre dernier.

Les perquisitions n'ont pas permis de découvrir ni armes, ni explosifs.

Par Christophe Cornevin et Jean Chichizola le 29/12/2017

Le Figaro