Lion de Belfort

La presse locale et nationale se délecte et d'ailleurs ne cache pas son plaisir, comme il y aura vingt ans cette année avec le départ de Bruno Mégret, du duel plus qu'annoncé lors des prochains scrutins entre les  partisans du président du mouvement Les Patriotes et ceux du Front National avec en point d'orgue évidemment la rupture entre celui qui en était l'un des vice-présidents et la présidente.

Pour cristalliser la chose, il se trouve que dimanche prochain aura lieu le premier tour de l'élection législative partielle dans la première circonscription du Territoire de Belfort. Le représentant du FN Jean-Raphaël Sandri va affronter celle qui était la patronne du Front en Franche-Comté, puisqu'élue depuis 1998 au Conseil régional de Franche-Comté puis de Bourgogne-Franche-Comté dont elle présidait le groupe d'élus FN,  c'est Sophie Montel, vice-présidente des Patriotes qui est en lice.

Le plus étonnant dans cette affaire (si l'on peut dire) c'est que le seul argument tenu par madame Montel, Florian Philippot et les quelques militants de leur parti est de dire que le FN est sur la voie d'une "rediabolisation" en affirmant que ce dernier redevient une " droite dure, extrême, en mettant en avant des questions liées à l'immigration, l'islamisme et la sécurité "...

Mais en elevant le terme certainement péjoratif dans la bouche de la candidate philipottiste de "droite dure", n'est-ce pas certainement des préoccupations qui sont sur le podium de celles des Français ?

Faut-il rappeler que Sophie Montel qui à rejoint le Front National en 1987 aura été l'une des plus ferventes partisanes de la ligne tenue par le mouvement dans les années 90 lorsque Jean-Marie Le Pen en était le président.. aujourd'hui elle va pratiquement faire jeu égal avec la gauche de la gauche pour parler le politiquement correct pour évoquer ce mouvement qui lui aura donné la possibilité de se faire connaître de la population comtoise et élire à maintes reprises !

La situation de la France, malgré les belles annonces et le tintoin médiatique de ce jour fait autour du déplacement d'Emmanuel Macron dans le Nord à l'usine automobile Toyota, est telle que l'espoir se situe bien au delà des considérations de politique politiciennes de nos deux compères de Les Patriotes. Mais la conseillère régionale et député au Parlement européen, tout d'ailleurs comme son mentor, élus tous deux grâce aux électeurs du Front National, n'en  a cure.

"Le Front National ne parviendra jamais au pouvoir" tranche encore une fois Florian Philippot  ce weekend à Belfort qui n'aura de cesse de casser du FN... C'est là le seul thème qui semble le préoccuper...

Gilbert Collard qui était lui aussi à Belfort ce samedi en soutien à Jean-Raphaël Sandri à eu une belle formule qui résume bien la situation "Si les gens d’ici en ont marre de ce qui se passe en France, ils ont la possibilité de le faire savoir. Pour certains, on était des fachos, maintenant on dit qu’on avait raison, sur l’immigration illégale, sur les agressions de policiers, sur l’état des prisons. L’état de droit est un échec et cette élection est l’occasion de le dénoncer. "

Ce matin sur France 2 , la présidente de notre mouvement Marine Le Pen, interrogée pour la xième fois sur le duel  FN-Les Patriotes et plus particulièrement sur le cas  Philippot à remis les pendules à l'heure en affirmant que "ce n'était plus un sujet".

Effectivement le sujet et autrement plus important. C'est le devenir de la France qui est notre sujet.

GS