dimanche 28 janvier 2018

Les législatives partielles du Territoire-de-Belfort

La tentative de la vice-présidente des Patriotes de devancer le mouvement qui  l'aura fait connaître des populations comtoises aura donc trouvé ce dimanche son point de chute devant la statue du lion de Belfort.  Lors du premier tour de l'élection des législatives partielles sur la première circonscription du Territoire-de-Belfort, Sophie Montel n'a recueilli que 2% des suffrages contre  7,4% des voix pourJean-Raphaël Sandri qui représentait le Front National. Dimanche prochain, c'est en tout cas le... [Lire la suite]
dimanche 28 janvier 2018

La présidence bulgare touchera-t-elle au dogme de la mobilité ?

Communiqué de presse de Dominique Bilde, Député européen du 26/01/2018 Lors de ces six mois de présidence estonienne, le Conseil de l’UE a fait de la mobilité un objectif déterminant. En sera-t-il de même sous la présidence bulgare ? Concernant la crise migratoire, on peut espérer que la Bulgarie ne facilite pas la tâche d’Angela Merkel dans son obstination à imposer des quotas. La population est farouchement hostile à l’accueil de migrants et le gouvernement ne s’était engagé à accueillir que 1302 réfugiés. Toutefois, la Bulgarie... [Lire la suite]
dimanche 28 janvier 2018

Législative partielle à Belfort : Ian Boucard (LR) vire en tête au premier tour

Ian Boucard recueille 38,8% des votants Seuls 29,5% des électeurs se sont déplacés  pour voter ce dimanche à la législative partielle. Le candidat LR sortant, Ian Boucard est largement en tête. Il est suivi du candidat du Modem, soutenu par la République en Marche, Christophe Grudler (26,5%°. Un duel similaire à celui de juin 2017, avec une différence notable : c'est le candidat du gouvernement qui avait alors viré en tête du 1er tour avec 8 points d'avance. A la troisième place, les candidats de la France Insoumise... [Lire la suite]
dimanche 28 janvier 2018

France Terre d’exil

Boulevard Voltaire Par Georges Michel le 27/01/20018 France, terre d’asile ! Ils en ont plein la bouche, de ce slogan. Un slogan qui fait le bonheur d’une myriade d’associations grassement subventionnées par nos impôts, ce qui, du reste, ne les empêche pas de faire la morale et de claquer la porte à cet État nourricier lorsqu’il décide – enfin – de faire son travail. On l’a vu en décembre  2017 quand le ministère de l’Intérieur annonça son intention de recenser les personnes accueillies en hébergement... [Lire la suite]