Belfort Citadelle

Les résultats sont tombés vers 20 heures

Inscrits 47 656 , Votants 13 770 (28,89%) , Exprimés 12 268 ,
Ian Boucard (LR/UDI) 7 229 (58,93%)
Ch.Grudler (Modem/LREM) 5 039 (41,07%

Par rapport au premier tour du 28 janvier, la participation est encore moins importante. Il y a eu 232 votants de moins

Le candidat LR, Ian Boucard, a abordé ce dimanche le second tour de la législative partielle du Territoire de Belfort avec une longueur d'avance sur son adversaire Christophe Grudler (MoDem-LREM), qui espère réaliser une "remontada" pour l'emporter.

Favori de ce second tour, Ian Boucard, 29 ans, avait  recueilli 39% des voix au 1er tour dimanche dernier, contre 26,7% pour le conseiller départemental Christophe Grudler, 52 ans, ennemi politique de longue date de Damien Meslot, ancien député, actuel maire de Belfort, et suppléant du candidat LR.

Les deux hommes rejouent le duel du 18 juin dernier dans la 1ère circonscription du Territoire de Belfort, que M. Boucard avait emportée de 279 voix. Ce scrutin a en effet été annulé le 8 décembre par le Conseil constitutionnel, à la suite d'une requête du candidat centriste. Le Conseil a considéré que le candidat de la droite avait fait distribuer, en fin de campagne, deux faux tracts de La France insoumise et du Front National qui appelaient à voter pour lui au second tour. Cette annulation a entraîné la tenue d'une nouvelle élection, les 28 janvier et ce dimanche 4 février.

Le 1er tour a été marqué par une très forte abstention (70%) et l'enjeu du second devait être, pour chacun des candidats, de mobiliser son électorat.

"On refait le match et c'est ce que les habitants de Belfort attendaient", a déclaré mardi dernier  à l'AFP Christophe Grudler, en lançant "un appelau rassemblement sur des valeurs éthiques". "Il y a clairement eu fraude, on ne peut pas accepter que des fraudeurs puissent être élus de la sorte", a insisté M. Grudler, qui dit afficher "une confiance raisonnable" : "Cela va se jouer sur le fil" mais "je pense que la victoire est possible".

Ian Boucard bénéficie pour sa part du soutien du député UDI de la circonscription voisine, Michel Zumkeller. "Une élection n'est jamais jouée d'avance", souligne le candidat LR. "Il faut que les gens continuent à se mobiliser, surtout les abstentionnistes, beaucoup trop nombreux au premier tour".

Côté centristes, François Bayrou et le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, sont venus soutenir Christophe Grudler. Lors d'un meeting à Belfort devant 400 personnes le 25 janvier, ils ont opposé la "tricherie" du candidat de la droite à "l'honnêteté" du leur.

"Le résultat du premier tour est une sanction envers quelqu'un qui a fait une campagne contre, alors que j'ai fait une campagne de proposition", a estimé M. Boucard.

Lors de la campagne, il a choisi de répondre aux accusations de son adversaire et déposé plainte contre lui pour "diffamation", l'accusant d'avoir diffusé des tracts faisant état de "fraude électorale caractérisée" et de "voyoucratie". Le tribunal de Belfort rendra sa décision le 8 février.

Par IB avec AFP  le 04/02/2018

France 3 Franche-Comté