FNJ Rhône collage

Après des mois de tergiversations et de suspense, le Front National prend bien le chemin d'un changement de nom. Le principe a en tout cas été validé par une « courte majorité » de militants du parti d'extrême droite, invités à se prononcer dans un questionnaire, a indiqué jeudi la présidente du FN Marine Le Pen. « C'est rassurant qu'il y ait une majorité pour le changement de nom car la question posée était assez anxiogène : elle ne faisait pas de proposition » de nouvelle appellation, a commenté devant quelques journalistes la dirigeante frontiste.

Marine Le Pen proposera elle-même un nouveau nom dimanche lors de son discours de clôture au congrès du FN à Lille, où elle est assurée d'être réélue. Elle est la seule candidate à sa propre succession. La nouvelle appellation fera ensuite l'objet d'un vote des militants par courrier, dont le résultat sera connu après au moins 6 semaines. « Seriez-vous favorables à un changement de nom du Front National » était la question posée aux militants du FN, qui pouvaient répondre par « oui » ou par « non ». « Si oui, auriez-vous une proposition de nouveau nom ? » était la question suivante.

« Les patriotes » ? « Ringard » pour Marine Le Pen

La dirigeante du Front national a précisé que la proposition de nom qu'elle ferait dimanche n'était connue que par « un certain nombre de personnes » et qu'elle avait été faite par des militants dans le questionnaire. Refusant de dévoiler ce nouveau nom, Marine Le Pen a déclaré qu'elle trouvait « ringard » le nom « patriotes », déjà pris par le nouveau parti créé par son ancien conseiller Florian Philippot, qui a claqué la porte du FN en septembre.

« J'ai toujours préféré le mot nation au mot patrie », a affirmé Le Pen, pour qui le mot « front » a une connotation « militaire ». Sur France 3 dimanche, elle a écarté la possibilité que ce soit « les nationaux » comme le suggérait le député du Gard Gilbert Collard. « Gilbert se trompe », avait-elle dit. Pour autant, Marine Le Pen a prévenu que « les choses » n'étaient « pas définitivement faites » sur le nom. Si, in fine, les militants refusent la nouvelle appellation, « ce sera non », a-t-elle prévenu. Le FN a d'abord envisagé un vote par Internet, mais « on ne peut pas risquer une suspicion », a expliqué Marine Le Pen.

Les militants du Front National s'exprimeront donc par voie postale, une méthode prévue dans les nouveaux statuts sur lesquels les congressistes voteront samedi.

Le 08/03/2018 avec AFP

Le Point