Trèbes (Aude) Super U

Depuis la mort du gendarme  Arnaud Beltrame, survenue ce samedi 24 mars, les hommages sont unanimes. La veille, le lieutenant-colonel avait été grièvement blessé par plusieurs balles en se constituant otage entre les mains du jihadiste Radouane Lakdim, à la place de clients du supermarché de Trèbes (Aude).

Mais parmi les hommages des personnalités politiques et des anonymes, une voix dissonante s'est élevée ce samedi 24 mars, quelques heures à peine après l'annonce de son décès. Sur Twitter, Stéphane Poussier, se présentant sur le réseau social comme un ex-candidat aux législatives dans la quatrième circonscription du Calvados, sous l'étiquette La France insoumise, s'est fendu d'une série de messages.

Plusieurs tweets évoquent Rémi Fraissece militant écologiste tué en 2014 par un tir grenade effectué par un gendarme, au cours d'une manifestation contre le barrage de Sivens. "Cette nuit, j'ai rêvé de Rémi Fraisse, écrit l'insoumis. Il me disait être ravi d'accueillir un colonel de gendarmerie." Quelques minutes après ce premier message, Stéphane Poussier persiste et signe. "À chaque fois qu'un gendarme se fait buter, et c'est pas tous les jours, je pense à mon ami Rémi Fraisse... Là c'est un colonel, quel pied ! Accessoirement un électeur de Macron en moins."

Alexis Corbière dénonce la teneur des propos

Stéphane Poussier a ensuite publié plusieurs autres messages, notamment "JE NE SUIS PAS GENDARME", allusion au slogan "Je suis Charlie" qui avait fait le tour du monde après les attentats de janvier 2015 contre le journal Charlie Hebdo. "Je fais l'objet d'une campagne de harcèlement faute de ne pas être un gendarme ! J'ai tout enregistré, numéros, insultes, menaces de mort. Du coup j'ai emprunté le fusil d'un copain. Si il m'arrive malheur, j'accuse la gendarmerie !", a également osé l'insoumis.

Interrogé par le HuffPost, le porte-parole et député La France insoumise Alexis Corbière a réagi à ces publications. Le parlementaire s'est désolidarisé de ces propos et a dénoncé des "messages abjects, ignobles", qui sont "aux antipodes de tout ce que l'on pense et de ce que l'on a dit sur le lieutenant-colonel Beltrame". À RTL, le parti a également apporté des précisions. "Dès que ces tweets ont été diffusés, La France insoumise a réagi, et il a été immédiatement exclu de la plateforme ainsi que du Parti de Gauche. Cette expression débile et isolée n'est en aucun cas celle de La France insoumise."

De leur côté, les forces de l'ordre ont également réagi. Le syndicat Unité SGP Police - Force ouvrière s'est fendu d'un communiqué. "Il est intolérable qu'un ex-candidat aux élections législatives puisse se féliciter de la mort d'un représentant des forces de l'ordre, des sanctions doivent être prises", y déclare le secrétaire général du syndicat, Yves Lefebvre.

Le 24/03/2018

RTL