Etat Islamique 1

Après l’immigré clandestin tunisien  Hahmed Hanachi signalé sept fois ces douze dernières années , sous sept identités différentes,  pour des délits de droit commun, qui avait égorgé le 1er octobre dernier aux cris de « Allah Akbar » deux cousines Laura et Mauranne, âgées de 20 et 22 ans, devant la gare Saint-Charles de MarseilleRadouane Lakdim est le nouveau visage médiatique de la barbarie islamiste. Né au Maroc en 1992, l’auteur vendredi de la virée sanglante (quatre morts, 15 blessés) qui a débuté  à Carcassonne et qui s’est  achevée dans un supermarché àTrèbes (Aude) a le profil  type de l’islamo-racaille.  Naturalisé français en 2004, condamné en 2011 pour port d’arme prohibée, fiché S en 2014 (comme sa compagne convertie depuis un an) , et même  plus spécifiquement inscrit au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, Lakdim avait fait un passage en prison en 2016 pour une affaire de stupéfiants. Les Français  qui  constatent une nouvelle fois l’étendue de la menace intérieure, ont aussi pris la mesure de l’héroïsme de nos soldats, gendarmes et policiers chargés de la la sécurité nationale, avec le sacrifice emblématique du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, égorgé par Lakdim  après avoir pris la place d’une otage dans  le  Super U deTrèbes.

Il n’ya a guère eu qu’un candidat de La France Insoumise (LFI) aux  législatives de juin dernier (4e circonscription du Calvados), le  délirant militant antinational Stéphane Poussierpour oser se réjouir officiellement  sur les réseaux sociaux de la mort de cet officier de Gendarmerie. Il a été mis en garde à vue hier pour « apologie du terrorisme »: « À chaque fois qu’un gendarme se fait buter, et c’est pas tous les jours, je pense à mon ami Rémi Fraisse. Là, c’est un colonel, quel pied ! Accessoirement, un électeur de Macron en moins », avait-il notamment écrit.

Propos dénoncés aussitôt officiellement  avec force, comment pouvait-il en être autrement, par les instances de LFI. Pour autant,  il convient de noter que les dirigeants de LFI,  dans leur hommage rendu ensuite au lieutenant-colonel  Beltramene sont pas parvenus  une  seule fois,  peut-être  pour ne pas se mettre à dos, telle  une Danielle Obono,  le vote islamo-gauchiste des banlieues,  à prononcer le mot France ou patrie, ce qui est très révélateur. «Honneur terrible : donner sa vie pour sa mission au service des autres. Beltrame, héros de la condition humaine» a twitté Jean-Luc Mélenchon. « Terrible nouvelle. (Arnaud Beltrame) est mort pour défendre les valeurs de la République» a renchéri Alexis Corbière….

Une gêne que n’a pas eu le père Dominique Arz, aumônier national de la gendarmerieInterrogé sur le site de Famille Chrétienne , il  relève que  l’action de ce gendarme est « un bel exemple de service de la patrie. D’abord par ce qu’était sa vie et l’excellence de son service en tant qu’officier. Un service qui est allé jusqu’au sacrifice suprême, c’est-à-dire de donner sa vie pour sauver. Le métier des gendarmes, ce n’est pas seulement de faire respecter la loi pour le bien commun de tous. C’est aussi accepter de donner sa vie pour ce service. Cet exemple qui vaut pour les gendarmes vaut aussi pour tous les Français.»

Ce qui est tout aussi certain c’est qu’à l’heure ou nous écrivons ces lignes,  Radouane Lakdim est célébré comme un  martyr par un certain  nombre d’habitants des banlieues plurielles, élevées au rang de laboratoire du vivre-ensemble par les inconscients et /ou les lâches qui se succèdent  à la tête  de notre pays depuis quarante ans.

Agressés  pour certains d’entre eux par des jeunes, selon la terminologie politiquement correcte,   lors de leur passage dans la cité la cité  Ozanam de Carcassonne où vivait Radouane Lakdim, les journalistes  du Parisien dépêchés sur place  ont rapporté des témoignages assez…surréalistes auprès de ceux qui ont cotôyé Lakdim.   « Un mec nickel , dit l’un d’eux. Une voisine, qui connaît très bien la famille, le décrit comme quelqu’un de  calme , de  sympathique , avec  toujours un mot gentil  pour les autres. » « C’est vrai, il était religieux mais ça ne fait pas de lui un criminel. On ne sait pas ce qui lui est passé par la tête… , lâche l’un de ses amis. »

Ce que l’on sait pour le coup c’est qu’en juillet 2017 15 000 personnes étaient inscrites au Ficher dit des radicalisés, ils seraient prés de 19 000 aujourd’hui  dont  3 000, considérés comme les plus dangereux, les plus susceptibles de basculer dans la violence terroriste, sont  soumis à une étroite surveillance Radouane Lakdim ne faisait pas partie de ce noyau dur, avait su se faire oublier: le procureur François Molins a précisé que les services de renseignement n’avaient identifié  chez lui aucun signe « pouvant laisser présager d’un passage à l’acte. »

Or, nous l’avons dit, la France ne possède pas les effectifs nécessaires pour surveiller tous les terroristes potentiels.  Valeurs actuelles  rapportait l’année dernière  les propos d’un officier de la DGSI  : « Pour suivre sérieusement une seule personne, il faut au moins une équipe pour le jour et une pour la nuit. Mais aussi des véhicules pour faire des filatures, des moyens techniques pour faire des écoutes administratives. On arrive vite à quinze ou vingt policiers pour suivre une personne.  Autant dire des moyens gigantesques

C’est dans ce contexte que Christophe CastanerSecrétaire d’Etat aux Relations au Parlement, précisait  hier sur Europe 1  que  « 258 adultes Français sont en Syrie et susceptibles de revenir » et qu’il  « (valait)  mieux les accueillir, les suivre, les emprisonner lorsque des actes criminels ont été commis, pour faire en sorte que l’on puisse identifier le risque »!

Invitée de Jean-Jacques Bourdin ce matin sur RMC-BFMTV, Marine Le Pen a rappelé que seul les députés  Front National avaient demandé l’expulsion des immigrés radicalisés, vœu dénoncé alors par  les élus LR…Dans une tribune publiée hier sur le site  du  Figaro Thibaut de Montbrial  notait aussi que  « pendant que la France est engluée dans ses pudeurs mortifères, le Parlement norvégien vient d’adopter, à la quasi-unanimité, le principe de la déchéance de nationalité pour les condamnés pour terrorisme qui disposent d’une autre nationalité. Voilà qui nous aurait été bien utile pour empêcher certains de revenir en France ou pour en éloigner d’autres. »

Le 20 avril dernier, dans l’émission 15 minutes pour convaincre diffusée sur France 2 et France Inter, la présidente du FN avait insisté sur la nécessité impérieuse d’« expulser les imams étrangers qui prêchent la haine », « tous les étrangers vivant sur notre territoire et qui ont un lien avec le fondamentalisme islamiste » et « l’intégralité des fichés S étrangers. Pourquoi garder sur notre territoire des bombes potentielles ? ». Elle pointait la mollesse des partis adversaires du Front National, du  programme d’Emmanuel Macron  dans la lutte « contre l’insécurité et le terrorisme », sujets « absents » du débat (présidentiel) et pour lesquels « rien n’a été fait». 

Nous en  voyons aujourd’hui les terribles  résultats, constate Bruno GollnischQue de laxisme révoltant, d’aveuglement,  de  temps perdu et de vies sacrifiées! 

Le 26/03/2018

Bruno Gollnisch