Palais de Justice Duai (Nord)

Une femme a publié sur Facebook un message dans lequel elle affirme avoir «zéro compassion» pour le boucher tué dans le Super U de Trèbes, dans l'Aude, vendredi dernier. Elle a été condamnée jeudi à sept mois de prison avec sursis pour «apologie du terrorisme».

Une enquête pour «apologie du terrorisme» a été ouverte par le parquet de Foix, en Ariège, après la publication sur les réseaux sociaux par une militante de la cause animale d'un message offensant à l'égard du boucher tué dans l'attaque djihadiste vendredi à Trèbes, dans l'Aude. Cette femme avait été placée en garde à vue mercredi soir.

 

Outre le colonel Beltrame, auquel la France a rendu hommage mercredi, mort après avoir pris la place d'une otage, le djihadiste Radouane Lakdim a tué trois personnes vendredi, dont, Christian Medves, chef boucher du supermarché de Trèbes. Or, trois jours plus tard, dans la nuit de lundi à mardi, des gendarmes ont repéré ce message: «Ben quoi, ça vous choque un assassin qui se fait tuer par un terroriste? Pas moi, j'ai zéro compassion pour lui, il y a quand même une justice», selon une source judiciaire. Ce message a entraîné des réactions virulentes. Il a été rapidement retiré par son auteure, une militante vegan, selon la source judiciaire.

La Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) a notamment porté plainte mardi, et a appelé à «la retenue».

Un ex-candidat LFI condamné à un an de prison avec sursis

Un ancien candidat aux législatives dans l'ouest de la France, Stéphane Poussier, a pour sa part été condamné mardi à un an de prison avec sursis pour apologie du terrorisme par le tribunal correctionnel de Lisieux, en Normandie. Âgé de 60 ans, il avait été interpellé dimanche à son domicile pour avoir publié trois tweets se félicitant de la mort du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, promu colonel à titre posthume.

Lors de l'audience, le procureur avait opposé «celui qui sauve une vie» et illustre «toute la grandeur dont l'homme est capable» à «celui qui vient dire sa haine» sur les réseaux sociaux, montrant «malheureusement toute la petitesse dont l'homme est capable». Jeudi, seront célébrées séparément dans l'Aude (sud) les obsèques des quatre victimes.

Par Yohan Blavignat le 29/03/2018

Le Figaro