EI Libye

"Nous voulons réduire à néant le groupe État islamique", voilà les paroles du chef de l'État en déplacement officiel aux États-Unis. Emmanuel Macron, lors de sa conférence de presse  commune avec Donald Trump mardi 24 avril a réitéré la volonté franco-américaine de venir à bout de l'organisation terroriste qui a pris à de nombreuses reprises l'Occident pour cibleS'il a été chassé militairement et a perdu environ 90% de son territoire depuis 2015 en Syrie et en Irak, Daesh n'est pas entièrement éliminé. 

D'après nos confrères d'Europe 1, les services de renseignement ont estimé  à 3 milliards d'euros le butin du califat auto-proclamé. Le site d'information rappelle que ce chiffre est dévoilé à l'heure de la conférence sur le financement du terrorisme international qui se tient les 25 et 26 avril

Une somme à nuancer

D'après Jean-Charles Brisard, joint par RTL.fr, "c'est très incertain". "Il est clair que l’EI a d’ores et déjà transféré des fonds hors de la Syrie et de l’Irak, et que l’organisation dispose d’un trésor de guerre de plusieurs centaines de millions d’euros, mais il est impossible à estimer avec précision", ajoute-t-il.

De l'argent réinvesti dans des fermes piscicoles

Quelque soit sa valeur exacte, ce magot a été amassé grâce à des techniques diverses. Le racket des populations, par exemple, les différentes taxes imposées aux habitants du califat, le trafic d'être humains, les puits de pétrole et autres exploitations de richesse... 

Récemment, Le Monde a dévoilé "l'idée de génie" des jihadistes, citant un militaire irakien. Le groupe islamisteréinvesti une partie de ses revenus dans des fermes piscicoles, dont certaines légales. 400 ont été démantelées après avoir été identifiées comme liées à  Daesh en 2015 et 2016

Toujours selon le quotidien national, désormais, ce business s'est reculé dans des zones à la frontière syrienne, mais est toujours d'actualité et continue de leur apporter des revenus financiers réguliers. Une technique qui aurait également été utilisée par al-Qaïda dans les années 2000.

Par Cécile de Sèze le 25/04/2018

RTL