Gendarmerie mobile dossards

Gros regain de tension à Notre-Dame-des-Landes. Un mois après la fin des premières phase d’expulsions, les gendarmes mobiles ont lancé une nouvelle offensive sur la ZAD ce jeudi matin. Le ministère de l’Intérieur vient en effet d’annoncer que « de nouvelles opérations débutent » dans le cadre du « retour à l’Etat de droit ».

Les forces de l’ordre sont positionnées depuis 6 heures près de la forêt de Rohanne, à l’ouest de l’ex-future zone aéroportuaire. Les zadistes s’y attendaient et ont déjà dressé plusieurs barricades dans le secteur. Des nouveaux arrivants sont venus grossir leurs rangs ces dernières semaines.

L’objectif de la gendarmerie serait de détruire une dizaine de squats illégaux, dont quatre principaux ce jeudi. Seuls ceux occupés par des zadistes ayant refusé de déposer un projet nominatif en vue d’une régularisation sont visés, indique le général Lizurey, en charge des opérations. « Leurs occupants refusent toute discussion et refusent d'occuper ces terres de façon légale », justifie l'Etat. Comme le mois dernier, un huissier accompagne les forces de l’ordre pour expliquer la situation aux expulsés.

La plupart des expulsés sont toujours sur place

Entre le 9 avril et le 12 avril, 29 squats sur les 97 recensés avaient été démantelés. Mais seule une poignée d’occupants a réellement été expulséesur décisions de justice. Ceux dont les habitats ont été détruits vivent, pour la plupart, toujours sur la zone.

Les membres de la ZAD ont lancé plusieurs appels sur les réseaux sociaux visant à venir défendre la ZAD et ses lieux de vie. Un appel à manifester samedi à Nantes a déjà été lancé. Un rassemblement au cœur, dimanche, à 11 heures, est également prévu afin de reconstruire les lieux détruits.

Le 17/05/2018

20 Minutes