Elysée cours

Vous pourrez bientôt boire votre café dans un mug au sigle de la présidence ou même l'afficher sur votre cravate. D'après La Lettre A, le directeur de cabinet de l'Elysée Patrick Strzoda a déposé à la fin du mois de mai une nouvelle marque à l'INPI (Institut National de la Propriété Industrielle), baptisée "Elysée - Présidence de la République". Un dépôt qui pourrait conduire à la vente de produits dérivés, précise le quotidien. L'Elysée pourrait ainsi organiser une distribution de mugs, de cravates ou encore de porte-clés dans différents points de ventes : des institutions culturelles, des boutiques souvenirs ou même sur des stands éphémères lors d'événements organisés à l'Elysée. Des goodies aux couleurs de la République sont déjà en vente à l'Assemblée nationale, dont la boutique propose des parapluies, des carnets, des porte-étiquettes et même des peignoirs.

"Déterminer la meilleure stratégie"

Contacté par le Huffington Post, le palais présidentiel n'a pas souhaité commenter la création de ces points de vente mais a bien confirmé le dépôt de la marque. Il est donc à la recherche d'un partenaire pour la commercialiser et a lancé un appel d'offres le dimanche 3 juin. L'Elysée souhaite nouer un partenariat exclusif pour "réfléchir à une stratégie marketing avec des produits adaptés, une distribution élargie et la recherche d'une plus grande visibilité", précise l'appel d'offres consulté par La Lettre A. Concernant la vente de ces goodies, une source de l'Elysée a expliqué au Huffington Post que "tout l'enjeu est justement de déterminer quelle est la meilleure stratégie pour décliner et distribuer la marque Elysée-Présidence de la République".

"Si l'ouverture d'une boutique en ligne est bien une option, nous en avons beaucoup d'autres en stock", a ajouté cette même source du Château. Un proche de la présidence a précisé à La Lettre A que "l'intégralité des nouvelles ressources dégagées participeront au financement de la rénovation des locaux de la présidence" inscrits au patrimoine historique. Un chantier colossal, estimé à 100 millions d'euros répartis sur sept ans mais qui devient urgent : construit en 1718, le Château se fait vieux et est de plus en plus vétuste.

Le 05/06/2018

Le Point

Note BYR : Décidément, tout est lié au profit financier avec Emmanuel Macron ! Même le palais de l'Elysée ne va pas y échapper Je trouve cela vtraiment triste.