Faire l'autruche 3

Le Parisien apprenait ce matin  à ses lecteurs que « Plusieurs membres de la famille de Théo (Luhaka)  et lui-même ont été interpellés ce mardi matin au domicile familial par les enquêteurs du SDPJ 93 et placés en garde à vue ( …)  L’enquête de la PJ porte sur le fonctionnement trouble de trois associations et sur l’utilisation de plusieurs centaines de milliers d’euros de fonds publics par le biais de contrats d’accompagnement à l’emploi (emplois aidés). À chaque fois, les salariés étaient recrutés sous contrat d’avenir par Michaël Luhaka mais n’étaient jamais payés et l’Urssaf ne percevait pas les cotisations. Sauf quand il s’agissait de proches. »Théo avait accusé des policiers de l’avoir délibérément violé avec une matraque le 2 février 2017  lors d’un contrôle d’identité   à Aulnay-sous-Bois,  alors qu’il  refusait de se faire passer les menottes… Un  rapport de la  police des polices, l’IGPN,  et une  vidéo publiée  avaient exonéré les agents  des accusations portées contre euxNous l’avions rapporté, François Hollande, s’était rendu  au chevet de Théotressant des louanges à la famille Luhaka mais oubliant de se rendre à ceux des policiers blessés dans les manifs d’extrême gauche au même moment. Le FN  fut   alors bien  seul à apporter son soutien aux forces de l’ordre et à faire état des soupçons d’escroquerie  sur Théo Luhaka et ses proches, victimes du racisme ordinaire à en croire les bien-pensants…

Les banlieues (plurielles) c’est pas rose, les banlieues (plurielles)  c’est morose…Une dépêche de l’AFP rapportait  la célébration lundi soir à Paris du 210e anniversaire du Consistoire israélite  en présence du Premier ministre Edouard Philippe. Les représentants (plus ou moins autoproclamés) de la communauté juive ont multiplié ces dernières années les déclarations inquiètes sur la montée des tensions et des violences ayant pour cause première la radicalisation croissante d’une frange non négligeable de l’immigration afro-maghrébine.

En 2012 déjà, quelques mois aprèl’équipée  sanglante de Mohammed Merah contre des militaires français et  les enfants d’une école juive à Toulouse,    le président du Consistoire, Joël Mergui, alors  reçu par  François Hollande,  avait déclaré  que «l’existence de milieux délinquants convertis à l’islam radical (constituait),  pour la communauté juive et nationale, une vraie menace dont la gravité et l’enjeu doivent être mesurés par tous, y compris la communauté musulmane de France. » « (Depuis 10 ans)  nous avons eu à vivre le malaise des juifs de France.  Mais nous avons choisi de ne pas céder à un nouveau mal, le mal djihadiste, déclarait hier soir M. Mergui. Quant à  « l’Agence juive, (elle)  a estimé à 45.000 – un dixième de la communauté – le nombre de juifs de France ayant fait leur aliyah l’émigration vers Israël, en une décennie, même si un recul a été constaté ces deux dernières années. Ces chiffres ne prennent pas en compte les départs vers d’autres pays, comme le Canada ou les Etats-Unis. »

Lors de son allocution, Edouard Philippe a relayé le  manifeste contre le nouvel antisémitisme  publié  sous l’égide du neocon Philippe Val  dans Le Parisien   fin avril. Après avoir défendu  pendant des années l’immigration massive et prôné l’interdiction d’un Front National coupable à ses yeux de défendre l’identité française, M.  Val  alertait  de « l’épuration ethnique à bas bruit »  des Juifs vivant en banlieue  du fait des agressions  « de leurs concitoyens musulmans. » «  10 % des citoyens juifs d’Ile-de-France – c’est-à-dire environ 50 000 personnes – ont récemment été contraints de déménager. »

 Ainsi, le Premier ministre a-t-il également évoqué hier soir  le départ « de milliers de familles, souvent de l’est vers l’ouest de Paris, en quête de quartiers plus sûrs. Il y a un terme pudique et qui à vrai dire me glace, c’est celui d‘aliyah intérieure pour désigner ces juifs qui changent de quartiers parce qu’ils ne se sentent plus en sécurité là où ils vivaient depuis des années. »  Mais en fait  de pudeur glaçante M. Philippe  n’est finalement pas en reste  en taisant le lien entre la politique immigration à  haut débit  maintenue par la majorité présidentielle qui refuse de couper les pompes aspirantes de l’immigration et  ce grand remplacement – regroupement  familial, droit du sol, aides financières  diverses et  variées, régularisations-naturalisations massiveslaxisme dans l’attribution des visas, faible taux d’expulsion des clandestins… 

Les juifs quittent ces quartiers pour les mêmes raisons que les gaulois qui fuient quand ils en ont l’occasion et les moyens  devant la transformation  de leurs quartiers en enclaves étrangères, au-delà-même des problèmes d’insécurités physiquesEst-ce donc si dur à avouer pour un chef de gouvernement de la République française? 

En avril dernier, dans  un dossier consacré  à l’implantation salafiste sur notre sol, Valeurs actuelles faisait état d’une note (du 22 juin 2016) du Service central de renseignement territorial  (SCRT) qui  pointait une augmentations du nombre de mosquées salafistes  de 170% entre  2010 et 2016 et citait l’universitaire spécialiste du djihadisme  Romain Caillet.  « Un musulman qui  vit seul au milieu de Français de souche, disait-il,  va s’adapter naturellement. Quand il  vit dans un quartier  où il appartient à la majorité, il n’y a a plus aucun intérêt. » Une évidence, note Bruno Gollnisch qui peut s’appliquer à d’autres communautés étrangères extra-européennes (et pas forcément musulmanes),  mais   qui ne doit pas conduire les tartufe au pouvoir depuis des décennies à disperser l’immigration  sur l’ensemble du territoire pour la rendre (provisoirement) plus indolore mais à inverser  drastiquement les flux migratoires.

Dans l’intérêt de tous les Français.

Le 05/06/2018

Bruno Gollnisch