Insee 2

1015 euros par mois. C'est le seuil de pauvreté en 2015 pour la France. Son niveau varie chaque année, car il est calculé en fonction du niveau de vie médian des ménages (qui sépare la population en deux). Ce dernier a atteint 1692 euros par mois en 2015. Quand le niveau de vie médian de l'ensemble des ménages progresse, cela entraîne automatiquement une augmentation du seuil de pauvreté. Les économistes disent alors que la pauvreté perd (ou, en cas contraire, gagne) en intensité.

8,9 millions de personnes étaient en situation de pauvreté en 2015, selon cette définition. Cela représente 14,2 % de la population. Au plus bas, en 2004, le taux de pauvreté français était de 12,6 %, contre 17,9 % en 1970. Entre 2004 et 2008, la hausse générale du niveau de vie a provoqué de manière arithmétique une augmentation du seuil de pauvreté, mais aussi du nombre de personne vivant sous le seuil de pauvreté. Par la suite, plus classiquement, la crise financière a accéléré l'augmentation du taux de pauvreté et a provoqué une baisse du niveau de vie médian des personnes pauvres.

8 %. C'est le taux de pauvreté des ménages retraités. Il a drastiquement baissé depuis le début des années 1970, époque où ce taux dépassait les 30 %. La bascule intervient à la fin des années 1970 et pendant les années 1980. Elle «est principalement due à l'arrivée en retraite de générations dont les durées de cotisation ont été plus longues et à la revalorisation des minima vieillesse», explique l'Insee.

33 %. Un tiers des familles monoparentales sont en situation de pauvreté. La proportion a fortement augmenté en dix ans. En 2015, 2,1 millions de personnes pauvres vivaient dans une famille monoparentale, soit 980.000 personnes de plus qu'en 1996.

Un quart des agriculteurs vit sous le seuil de pauvreté. Même si leur taux de pauvreté a diminué de dix points depuis 1996, les agriculteurs représentent toujours la catégorie socioprofessionnelle la plus touchée par la pauvreté. En vingt ans, le taux de pauvreté des artisans, commerçants, chefs d'entreprise et autres indépendants a nettement augmenté. Il atteint désormais 21 %, contre 17,8 % en 1996.

Par Anne de Guigné le 05/06/2018

Le Figaro