Gap 05

Communiqué de presse de Patrick Deroin, Délégué départemental du Rassemblement National des Hautes Alpes du 20/06/2018

Xavier Malle, évêque de Gap, a demandé aux prêtres de son diocèse de lire ce dimanche un texte appelant de manière pressante les quelques fidèles fréquentant encore les églises des Hautes Alpes, d’accueillir chez eux des migrants clandestins. Employant le ton de l’émotion, que l’on croyait réservé aux journaux télévisés du 20H00, passant outre à l’histoire multiséculaire de l’Eglise enseignant que la réflexion doit précéder l’action, balayant d’un revers de manche les travaux de ses grands théologiens, il agit comme un patron de presse, privilégiant l’émotion à la raison.

Mgr Malle veut donc inciter chaque catholique à accueillir un ou plusieurs migrants. Mais pas n’importe quel type de migrants. Il s’agit de ceux, présentés comme âgés de 18 à 26 ans qui n’auraient pas été reconnus comme mineurs par les services du Conseil Départemental. Mgr Malle  ne fait donc pas confiance aux fonctionnaires, compétents et expérimentés, qui pratiquent pourtant quotidiennement ce difficile exercice depuis plusieurs années.

Sur quelle expérience familiale, l’évêque peut-il se fonder pour proposer à des familles de faire entrer en leur sein des « jeunes » dont on ne sait à peu près rien ? Se rend-il compte du danger qu’il leur fait courir ? Se rend-il également compte qu’en agissant de la sorte, il se fait le complice objectif des réseaux de passeurs, garantissant à ces derniers de s’occuper du service après-vente final ?

Monseigneur Malle choisit de se placer dans l’arène politique et de s’entourer d’associations politiques ancrées très à gauche, dont le rare point commun est de lutter contre le Rassemblement National. Qu’il est dur après Mgr Di Falco de faire du Di Falco et de faire parler de soi et rameuter micros et caméras pour pallier l’indifférence dans laquelle vous plonge un petit évêché de province. En politique, sachez monseigneur que l’on préfère toujours l’original à la copie.

Le RN, rappelant les paroles du Christ « rendez à Dieu ce qui est à Dieu, et à César, ce qui est à César », pense pour sa part que la politique n’a pas sa place dans les églises.

RN 05