Macron Collomb

C'est la première procédure judiciaire visant explicitement la campagne d'Emmanuel Macron. Vendredi, le parquet de Lyon a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire autour du rôle joué par la ville et la métropole de Lyon en faveur de la campagne électorale du candidat d'En marche, a fait savoir l'AFP lundi, citant une source proche de l'enquête. Cette dernière fait suite à une plainte contre X  pour "détournement de fonds publics", déposée mardi dernier par les élus du groupe Les Républicains (LR) du conseil municipal et de la métropole de Lyon. Les élus d'opposition ne visent pas directement Emmanuel Macron ou son ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui était jusqu'en juillet 2017 patron des deux collectivités locales, mais les nomment dans le texte de leur plainte.

Le 17 juin dernier dans le JDD, Gérard Collomb reconnaissait "avoir un peu contribué à ce qu'Emmanuel Macron soit président". Les élus du groupe LR de la mairie de Lyon le soupçonnent d'être allé plus loin que ne l'autorise la loi. Outre un détournements de fonds publics, leur plainte vise aussi des faits de financement irrégulier de campagne électorale, abus de biens sociaux et recel.

Une réunion publique pour un ministre pas encore candidat

Selon la plainte des élus LR, "des moyens publics (humains, matériels et financiers) sous le contrôle de la ville et de la métropole de Lyon", tous deux alors dirigée par Gérard Collomb avant d'entrer au gouvernement, auraient été "indûment détournés et mis à disposition" du candidat de La République en marche. Ils s'interrogent sur deux événements organisés à Lyon

Une réception organisée le 2 juin 2016 à l'Hôtel de ville de Lyon, organisée pour Emmanuel Macron en tant que fondateur de l'association En marche - il est alors toujours ministre de l'Economie.

Une réunion publique d'En marche organisée le 7 septembre 2016 sur une péniche amarrée sur le Rhône à Lyon - Emmanuel Macron n'est alors plus ministre, mais pas encore candidat.

La plainte évoque par ailleurs un "soupçon d'emploi fictif". Dans le viseur des élus LRJean-Marie Girier, ancien chef de cabinet de Gérard Collomb à la métropole de Lyon, qui a joué un rôle actif dans la campagne d'Emmanuel Macron avant de rejoindre le ministère de l'Intérieur.

Officiellement, pas de réaction. L'entourage du ministre de l'Intérieur a seulement indiqué auprès de l'AFP qu'"il n'y a rien de nouveau dans ces informations dont le seul objet est de jeter le discrédit". "La plainte des élus Les Républicains de Lyon reprend une polémique que l'opposition locale tente d'alimenter depuis plusieurs mois, ajoute-t-on. La collectivité a eu l'occasion de leur répondre dans le détail à plusieurs reprises."

JDD