Nantes émeutes 06072018

Le 3 juillet à Nantes (Loire-Atlantique) un individu qui était au volant d'un véhicule qui s'est avéré être utilisé pour des trafics en tout genre à tenté de s'échapper au contrôle des CRS, l'homme a fortement reculé en percutant l'un des membres des forces de l'ordre, l'un de ses collègues à fait usage de son arme de service et à tué le délinquant.

Aboubakar Fofana était recherché avec ordre d'interpelation.

Forcément la mort de cette personne a aussitôt entraînée des dégradations urbaines d'une gravité inadmissible au point que même un lycée professionnel de la ville (le lycée Léonard de Vinci) a été partiellement incendié, une station service est partie en fumée, et selon les propres propos des policiers "une bonne cinquantaine de voitures" ( dont celle de Johanna Rolland, maire PS de la ville) ont été détruites et c'est le bilan de cette nuit à Nantes, hier, un bar PMU dans un centre commercial aura été brulé, un fourgon de police également tandis que le policier auteur du tir mortel à lui été placé en garde-à-vue du chef de "violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner"...

Comme le souligne le député de l'Essonne, Nicolas Dupont-Aignan, que nous ne pouvons qu'approuver "Nous ne pouvons accepter que la République soit attaquée, qu’une mairie soit incendiée, que des quartiers entiers soient ravagés, que les violences contre les forces de l’ordre ou de secours soient banalisées au point de mettre sur le même plan, les casseurs et les policiers !"

Il serait plus que temps de réagir à ces actes de guerre civile qui enflamme notre pays.

GS