Police CRS ville

La fête qui a rassemblé des milliers de personnes, partout en France, dimanche après la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde football face à la  Croatie (4-2) a parfois mal tourné. Plusieurs incidents opposant les forces de l'ordre et "casseurs" ont éclaté à Paris et en région

Dans la capitale, 102 personnes ont été interpellées et 90 placées en garde à vue selon la préfecture. Le ministère de l'Intérieur a recensé 292 gardes à vue dans toute la France.

Deux morts et trois enfants blessés en Meurthe-et-Moselle

La victoire des Bleus a également été endeuillée par plusieurs accidents mortels. A Annecy, un quinquagénaire s'est tué en plongeant dans un canal, dans une trop faible profondeur d'eau tandis qu'à Saint-Félix (Oise), un homme est mort après avoir encastré sa voiture dans un platane.

A Frouard, en Meurthe-et-Moselle, trois enfants ont été fauchés par une moto en marge des festivités. Gravement blessés, les deux fillettes de six ans et le garçon de trois ans ont été transportés au CHU de Nancy. Le conducteur qui avait pris la fuite après l'accident a finalement été interpellé dans la soirée d'après les gendarmes. 

Aubenas, en Ardèche, un automobiliste a légèrement blessé deux piétons en les percutant accidentellement.

Le Drugstore Publicis des Champs-Elysées pillé

A Parisune trentaine de jeunes ont pénétré avant 22H00 dans le Drugstore Publicis des Champs-Elysées, pillant notamment bouteilles de vin ou de champagne, avant d'être dispersés par les forces de l'ordre qui se sont ensuite employées à protéger l'entrée du magasin. Au moins deux autres supérettes ont également fait l'objet de pillages selon l'AFP.

Des échauffourées se sont poursuivies sporadiquement entre forces de l'ordre et groupes de "casseurs" qui échangeaient jets de bouteilles ou chaises contre gaz lacrymogène sur la prestigieuse avenue. Vers 23H30, les forces de l'ordre ont fait usage d'engins lanceurs d'eau pour disperser les fauteurs de troubles.Un homme a également été gravement blessé après avoir reçu un violent coup de casque lors d'une rixe survenue vers 21h10 à proximité des Champs.

Des interpellations à Marseille, Rouen, Honfleur et en Alsace

Marseille, où 27.000 personnes ont assisté à la retransmission de la finale dans la fan zone, plusieurs incidents ont éclaté, notamment autour du Vieux-Port"ll y a eu de nombreux jets de projectiles, deux membres des forces de l'ordre ont été blessés, et _10 personnes ont été interpellées_", a rapporté un porte-parole de la police.

Les forces de l'ordre ont notamment utilisé des gaz lacrymogènes et peu avant 23 heures, la situation était redevenue calme.

La Fête a aussi dégénéré à Strasbourg. Des vitrines ont été brisées et des voitures de police caillassées. Au total, 14 personnes ont été interpellées en Alsace.

Honfleur (Calvados), une trentaine de personnes ont tenté d'envahir le commissariat alors que des supporters avaient été arrêtés pour des dégradations.

Rouen, des heurts sporadiques ont également opposé jeunes et forces de l'ordre qui ont échangé projectiles et gaz lacrymogènes. En Seine Maritime, deux journalistes qui avaient tourné une vidéo ont été blessés par des supporters et transportés à l'hôpital par les pompiers. Sept personnes ont été interpellées selon la préfecture.

Des échauffourées dans plusieurs grandes villes de France

En Corse, personne n'a été interpellé mais une personne a été légèrement blessée dans des heurts à Bastia, et quelques échauffourées ont éclaté après le coup de sifflet final à Ajaccio entre supporters de l'équipe de France qui fêtaient la victoire, et des personnes affirmant soutenir la Croatie.

À Grenoble (Isère), les CRS ont dû intervenir. Des abribus ont été cassés, des poubelles incendiées et plusieurs voitures ont été retournées dans le secteur des Grands boulevards.

Lyon, en début de soirée, aux alentours de la place Bellecour où quelque 20.000 personnes étaient venues regarder la finale sur un écran géant, des échauffourées ont provoqué des mouvements de foule, les fumées incommodant des personnes dans le public. Des incidents sporadiques se sont poursuivis entre forces de l'ordre et petits groupes de "casseurs" dans quelques lieux très localisés du centre ville.

Par Viviane Le Guen le 16/07/2018

France Bleu

Note BYR : et "en même temps", Emmanuel Macron s'efforçait de ridiculiser un peu plus encore la fonction présidentielle (et il a déjà fait fort le 21 juin dernier !) en faisant le pitre dans les vestiaires de l'équipe de football...