Ceuta Migrants

Plus de 600 migrants africains sont parvenus jeudi à entrer dans l'enclave espagnole de Ceuta au Maroc après un "assaut" de la double clôture particulièrement violent selon les autorités, lançant de la chaux vive et des excréments contre les policiers.

Ce passage massif de la barrière est le plus important à Ceuta depuis février 2017, quand plus de 850 Africains étaient entrés en quatre jours, dans une zone difficile à surveiller, notamment en cassant les portes d'accès avec cisailles et marteaux.

Près de 800 migrants ont tenté de passer de l'autre côté de la barrière vers 6h30, soudainement et tous ensemble, selon la Garde civile. Un porte-parole de la Garde civile a assuré à l'AFP qu'ils l'avaient fait "d'un coup, avec une grande violence", certains jetant notamment sur des agents de la chaux vive apportée dans des tubes et bouteilles. "Plus d'une dizaine de gardes" ont été blessés, dont quatre ont dû être hospitalisés pour des brûlures au visage et aux bras, selon la Garde civile. Une centaine a été stoppée par la police marocaine, d'autres interceptés par les agents espagnols à la frontière et renvoyés au Maroc, et 602 ont finalement atteint le territoire espagnol.

L'incident accroit la pression sur l'Espagne, devenue la première porte d'entrée de l'immigration clandestine en Europe, dépassant l'Italie qui, en refusant d'accueillir davantage de migrants, a fermé la route qui passait par la Libye.

Le 26/07/2018 avec AFP

Le Figaro