Bay SG FN

Editorial de Nicolas Bay, co-président du groupe ENL au Parlement européen du 03/092018

Chers amis,

Mardi 28 août, le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a reçu le premier ministre hongrois Viktor Orbán dans son fief de Milan. A l’issue de leur rencontre, les deux dirigeants ont donné une conférence de presse qui fera date. Parlant de cette nouvelle alliance italo-hongroise, notre allié Matteo Salvini a déclaré que « nous sommes proches d’un tournant historique au niveau continental ».

En effet, dans la perspective des élections européennes de mai 2019, Matteo Salvini a promis une révolution démocratique contre les prétendues élites européennes « représentées par Macron ».

Il s’agit pour le chef de la Lega de « mettre au centre [des futures politiques européennes] le droit au travail, le droit à la vie, le droit à la santé et le droit à la sécurité ».

Saluant le courage de son nouvel allié italien, Viktor Orbán a confirmé lors de cette conférence de presse qu’il considérait Matteo Salvini comme un « héros » et « [son] compagnon de destin ».

De son côté, Matteo Salvini a remercié le dirigeant hongrois d’avoir été le premier à montrer la voie en Europe. La veille, après un été marqué par les images de migrants sub-sahariens débarquant sur des plages espagnoles ou franchissant avec violences la frontière qui sépare le Maroc et l’Espagne à Ceuta, le ministre de l’Intérieur italien avait félicité les autorités australiennes qui, poursuivant leur politique de tolérance zéro, refoulent systématiquement tous les candidats à l’immigration clandestine : ayant choisi l’illégalité, ces derniers n’ont pas la possibilité de déposer une demande d’asile et sont automatiquement renvoyés chez eux.

Prenons donc exemple sur ces dirigeants courageux qui se donnent les moyens de protéger leur peuple.

Lettre du groupe ENL au Parlement européen