Asselborn

Sans trop de risque d’être contredit, le site euractiv expliquait hier à ses lecteurs que  «les  thèmes du Conseil européen informel »  qui débutera à Salzbourg (Autriche)  jeudi (Brexit, sécurité intérieure et immigration)   «  risquent d’entraîner des discussions animées. » D’autant est-il avancé que « le rôle de la présidence autrichienne, dont le gouvernement comprend des membres d’extrême-droite (comprendre les ministres issus du mouvement d’opposition nationale FPÖ, allié du RN, NDLR)   semble ambigu » (sic).  Et la journaliste Aline Robert  de rapporter que «lors d’un conseil affaires générales la semaine dernière à Vienne, des réunions qui se font d’ordinaire à huis clos, le ministre de l’intérieur italien a posté sur Facebook une vidéo dans laquelle il tient des propos racistes et xénophobes. Matteo Salvini a ainsi évoqué le fait que l’Italie ne voulait pas avoir recours aux esclaves africains»et préférait développer sa natalité plutôt que d’accepter des migrants sur son territoire. Une sortie qui a exaspéré Jean Asselborn, le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois. Lequel lui a rappelé que des dizaines de milliers d’Italiens étaient venus chercher du travail au Luxembourg pour nourrir leurs enfants dans le passé.  Et merde alors a conclu le ministre…»

En réalité constate Bruno Gollnisch notre camarade Salvini  a  tout simplement exposé  une  vision du devenir de son pays et de notre continent largement partagée par les Européens, il est vrai à l’opposé de celle de M. Asselborn  qui expliquait alors que l’Europe avait besoin de  plus d’immigration pour pallier à sa faiblesse démographique. « J’ai une perspective complètement différente » a répondu le ministre de l’Intérieur italien« Je pense être au gouvernement, payé par mes concitoyens, pour aider nos jeunes à recommencer à faire des enfants (…) et non pour extirper le meilleur de la jeunesse africaine.En Italie, nous ressentons l’exigence d’aider nos enfants à faire d’autres enfants. Et pas à avoir de nouveaux esclaves pour remplacer les enfants que nous ne faisons plus. » C’est cela que les incultes, les terroristes intellectuels, les idéologues mondialistes   conspuent sous le terme de racisme Certes Jean Asselborn tonnait déjà  en septembre 2016  contre « ceux qui, comme la Hongrie, bâtissent des clôtures contre des réfugiés de guerre, qui violent la liberté de la presse ou l’indépendance de la justice, (lesquels)  devraient être temporairement, voire même définitivement, exclus de l’UE..».

Sans surprise également, l’article d’euractiv rapporte les propos entendus « dans  l’entourage d’Emmanuel Macron » qui assène sans crainte du ridicule que « Matteo Salvini fait preuve de déni de réalité en affirmant comme il l’a fait récemment qu’il vaut mieux que les migrants n’arrivent pas en Europe. La réalité, c’est que les migrants arrivent, donc il faut gérer le sujet. »  Et bien parlons-en ! car  si les migrants arrivent c’est bien justement parce que le sujet n’est pas géré correctement,  que les pompes aspirantes de cette immigration-là ne sont pas démantelées;  ce que la Ligue, le gouvernement hongrois, le RN en France proposent  en formulant  un certain nombre de mesures  concrètes, pratiques, rapidement  réalisables.

Marine le disait dans son discours de Fréjus dimanche, « Jamais dans l’histoire des hommes, nous n’avons vu de société qui organise ainsi une submersion irré/ersible et d’une ampleur non-maîtrisable qui, à terme, fera disparaître, par dilution ou substitution, sa culture et son mode de vie. » Mais en France comme ailleurs au sein de la prison  bruxelloise, ce sont les lanceurs d’alerte, les vigies,  qui sont poursuivis, pourchassés, persécutés, tapés au portefeuille. Hier, c’est Jean-Marie Le Pen qui était mis en examen,pour diffamation publique  à caractère raciste suite à  une plainte déposée par  l’officine  SOS racisme. Il est reproché au Menhir d’ avoir déclaré sur l’antenne de RTL en  2009  que « 90 % des faits divers ont à leur origine soit un immigré soit une personne d’origine immigrée.» Son avocat Me Frédéric Joachim, a  constaté que la France  «va de plus en plus vers une dictature de la pensée unique. On peut s’inquiéter pour le pluralisme. C’est étonnant que depuis neuf ans la justice n’ait rien de plus urgent que de poursuivre les propos de Jean-Marie Le Pen ».

Une procédure rendue possible par la levée en juin 2017  de l’immunité de l’ex président du FN par le Parlement européen  suite à à la demande de la « justice » française. Il faut dire que tout refus de penser dans les clous de débiter le catéchisme obligatoire progressiste sur les joies ineffables du vivre-ensemble  condamne les dissidents ,  les réfractaires, les hommes libres à se voir cataloguer dans le camp des nostalgiques des années brunes.

Le site sputnik s’en faisait l’écho, le Président grec Prokopis Pavlopoulos, membre du parti «conservateur »Nouvelle Démocratie,   affilié au Parlement européen au  Parti Populaire Européen (PPE),  a hurlé lui aussi  au loup la semaine dernière à Riga (Lettonie) lors du sommet du groupe Arraiolos qui rassemble  les  présidents de pays de l’UE  qui ne représentent pas leurs Etats au sein du Conseil européenDans un style que ne renierait pas BHL,  les éditorialistes de L’Humanité ou  le porte-plume de M Macron,  M.  Pavlopoulos  a scandé que «toutes ces formes de populisme et de néonazisme cachées derrière le prétendu patriotisme ne visent qu’à faire renaître des cauchemars passés qui ont détruit l’Europe et presque l’ensemble du monde. C’est pourquoi nous devons lutter pour que ces forces ne gagnent pas et que la construction européenne soit achevée. »

Une bouillie verbale qui a dû  ravir son compatriote d’extrême gauche Dimitris Papadimoulis,  un des vice-président du Parlement  européen , qui siège au sein du groupe  GUE/NGL, lequel   se signala notamment lorsqu’il présida  les débats  organisés pour  la levée de l’immunité de Marine Le Pen. Marine  avait été  visée par la police de la pensée pour avoir eu l’audace de diffuser des images des atrocités commises  par les racailles de lEtat islamique (EI) afin  de protester contre ceux  qui/, comme Jean- Jacques Bourdin, Mourad Boudjellal, Patrick Bruel, Renaud DélyGilles Kepel ou Emmanuel Macron avaient dressé un  «parallèle ignoble » entre l’EI  et le FN .

Le 10 septembre rapportait  euractiv ,  M Papadimoulis exhortait  lui aussi  à l’union sacrée contre les défenseurs des identités, des libertés, des souverainetés nationales: « Tous les démocrates européens (sic)  devraient se réveiller, comme à Chemnitz avec l’antiracisme, et chercher la convergence sur des objectifs à la fois politiques et sociaux. » « En termes de démocratie, les alliances doivent s’élargir, non seulement avec Emmanuel Macron, mais aussi avec les démocrates néolibéraux et les modérés du Parti populaire européen. » « Au niveau européen, Emmanuel Macron pourrait faire partie d’un effort de convergence plus large pour former une majorité capable de promouvoir certaines idées d’approfondissement démocratique de l’unification européenne (…)  L’Europe a vécu le drame fasciste et nazi il y a presque 80 ans (…) l’Histoire se répète, ne soyons pas aveugles.»

L’Histoire se répète en effet, les mêmes causes produisent les mêmes effets,  et elle est impitoyable pour les peuples  et les nations qui renoncent à se défendre, perdent leur armature  intellectuelle et morale,  renoncent à leur génie propre,  confient  à d’autres la maîtrise de leur destin. La première guerre mondiale et encore plus la seconde ont fait comprendre la nécessité d’établir une entente, des coopérations, des échanges, des   dialogues réguliers entre nations européennes pour garantir la paix sur notre continent.  Mais certainement pas de laisser nos nations dépérir  pour obéir aux injonctions d’idéologues qui combattent l’essence même de ce qu’est la civilisation européenne.

En 1916, à Verdun, la terrible guerre civile européenne atteignait les sommets de l’horreur. Un siècle plus tard le taux de naissance des populations originaires du continent africain  en Île-de-France dépassait les 72%, conséquence directe d’une politique  mondialiste d’effacement du peuple françaisEst-ce pour en arriver là que nos poilus ont fait le sacrifice  de leur vie? D’un génocide l’autre?   les Français, les Européens  refusent  leur mort programmée, leur disparition  plus ou moins  douce  par substitution. Alors oui, n’en déplaisent aux pleureuses progressistes, aux  totalitaristes sournois,   cette question VITALE sera bien au cœur des élections européennes de mai prochain. Ce sera eux ou nous.

Le 19/09/2018

Bruno Gollnisch