Odoul Julien 1

Monsieur le Président,

Depuis le 1er juillet 2018, les automobilistes et les motards de l’Yonne subissent les effets de l’entrée en vigueur de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires.

Comme nous l’avions annoncé, cette mesure absurde, décrétée sans concertation avec les élus locaux, empoisonne déjà le quotidien des habitants de notre département victimes de la triple peine avec des trajets plus longs, plus coûteux et plus dangereux.

Dans l’Yonne, 2551 véhicules ont été flashés pour le seul mois de juillet soit une augmentation de 60% par rapport à l’an dernier. La recrudescence des dégradations de radars peut témoigner de la fronde des usagers de la route considérés comme des vaches à lait par le gouvernement qui va amplifier son matraquage fiscal avec la hausse des prix du gazole et de l’essence déguisée sous l’appellation farfelue d’« impôt sur la pollution ». Décision parisienne et technocratique, les 80 km/h et la multiplication des PV vont affaiblir le pouvoir d’achat de nos compatriotes qui ne peuvent se passer de leur voiture pour aller travailler, emmener leurs enfants à l’école ou faire leurs courses. Ils vont également creuser la fracture territoriale en réduisant la mobilité des habitants des villages les plus enclavés.

Cette mesure a également dégradé les conditions de circulation dans l’Yonne avec 41 accidents corporels en juillet soit une explosion de 86% par rapport à 2017. Ces chiffres préoccupants sont pour partie liés aux changements de régime de vitesse trop nombreux et répétés entre le 50, 70, 80 et 90 km/h (15 changements entre Auxerre et Chablis). Les accélérations et les décélérations récurrentes nuisent à la bonne concentration des conducteurs qui fixent leur attention sur le compteur plutôt que sur la route pour éviter les radars fixes et embarqués.

Le Département a la possibilité de simplifier la vie des automobilistes et des motards de l’Yonne en passant la vitesse à 80 km/h sur les portions aujourd’hui limitées à 70 km/h. En effet, cette harmonisation aurait pour bénéfice de clarifier les trajets et de compenser partiellement les effets néfastes du passage de 90 à 80 km/h.

Sur le modèle du plan mis en œuvre par le Département de la Charente, je vous propose d’expérimenter le passage de 70 à 80 km/h sur certains tronçons pendant quelques mois après étude et concertation avec les communes concernées. Cette mesure pourra ensuite être étendue à l’ensemble des routes départementales limitées à 70 km/h.

Soucieux comme vous de développer la mobilité dans l’Yonne et d’améliorer le quotidien des Icaunais, je serai particulièrement attentif aux suites qui seront données par le Conseil départemental.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations républicaines.

Rassemblement National