vendredi 1 décembre 2017

Lagny-sur-Marne: la mairie bloque l'accès de la mosquée réinvestie par des fidèles

Les accès de la mosquée de Lagny, fermée sous l'état d'urgence, ont été à nouveau barrés par la mairie après qu'une vingtaine de musulmans l'ont réinvestie en début de semaine. Deux ans après la fermeture de la mosquée de Lagny-sur-Marne, identifiée en décembre 2015 comme un foyer islamiste, la mairie est toujours aux prises avec des fidèles qui réclament une solution de repli pour pouvoir prier. «Nous avons constaté qu'un groupe s'était réinstallé dans la mosquée depuis lundi», explique le directeur de cabinet du maire,... [Lire la suite]
lundi 7 août 2017

Prières de rue à Lagny-sur-Marne: Des tentes visées par des cocktails Molotov

Des tentes qui abritent des prières de rue à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), où une mosquée « radicale » a été fermée fin 2015, ont été la cible de cocktails Molotov vendredi, a-t-on appris ce dimanche de source judiciaire. « Deux bouteilles qui pourraient être les éléments déclencheurs de l’incendie » ont été retrouvées au petit matin. Seuls « des tapis de prière roulés » ont brûlé, a poursuivi cette source, confirmant une information du Parisien. Une enquête a été ouverte par le parquet de... [Lire la suite]
dimanche 6 décembre 2015

Mosquée fermée par les autorités à Lagny : des balles de kalachnikov et des vidéos de propagande jihadiste ont été saisies

Des munitions pour kalachnikov, des vidéos de propagande et du matériel pédagogique ont été saisis lors des perquisitions menées dans le cadre de la fermeture, mercredi, de la salle de prière de Lagny-sur-Marne, annonce dimanche 6 décembre le préfet de Seine-et-Marne. Le préfet précise, dans son communiqué, que les forces de l'ordre ont trouvé "des munitions de calibre 7,62, munitions pour arme de guerre de type kalachnikov, ainsi que des vidéos de propagande" du groupe jihadiste Etat islamique. "Des chants... [Lire la suite]
jeudi 25 juillet 2013

CRS agressés à Nice : trois mineurs du 93 mis en examen

Trois mineurs âgés de 17 ans, originaires de Seine-Saint-Denis, ont été mis en examen jeudi, à Nice (Alpes-Maritimes), deux jours après avoir blessé deux CRS sur la Promenade des Anglais. Deux d'entre eux, inconnus des services de police, ont été placés sous contrôle judiciaire.  Le troisième, connu de la police mais au casier vierge, a été placé sous le régime de la liberté surveillée préjudicielle (service spécialisé dans le suivi des mineurs). Le parquet avait, lui, demandé un mandat de dépôt pour les trois... [Lire la suite]