mardi 28 novembre 2017

Ces élus sans vergogne qui changent de veste mais gardent leurs sièges...

  Boulevard Voltaire Par Philippe Kerlouan le 28/11/2017 Après Florian Philippot, qui a quitté le Front National tout en conservant son poste de député européen, c’est José Évrard qui abandonne le parti sous l’étiquette duquel il a été élu à l’Assemblée nationale. Il ne s’agit pas de juger ses motivations, mais il devrait être quelque peu gêné aux entournures de garder son siège dans ces conditions: sa notoriété n’est pas telle qu’on puisse jurer qu’il aurait été élu s’il s’était présenté sous son seul nom. Ce changement de... [Lire la suite]
lundi 27 novembre 2017

Sabotage ?

  Emmanuel Macron a certainement vécu lors d'une autre vie comme expert en sabotage et explosif... On ne peut que constater que depuis son élection à la présidence de la République, rien ne va plus très droit dans l'ensemble des formations qui s'opposent à la sienne. La sienne qu'il a d'ailleurs largement verrouillée en plaçant -sous les applaudissements et les agenouillements soumis de ceux qui espéraient autre chose- à sa direction  un ancien élu socialiste qui conserve en plus son poste de ministre des relations... [Lire la suite]
vendredi 24 novembre 2017

Macron nomme Griveaux porte-parole du gouvernement et débauche un socialiste

Il était un temps pressenti pour prendre le parti d'Emmanuel Macron, avant que Christophe Castaner ne lui soit préféré. Benjamin Griveaux reprend finalement le porte-parolat du gouvernement, laissé vacant par le même Castaner. A 39 ans, ce macroniste de la première heure a été nommé par l'Elysée vendredi. Il portera donc la voix du gouvernement Philippe, dans les médias et à l'issue du Conseil des ministres. Jusqu'ici secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie - il avait été nommé le 21 juin après les législatives... [Lire la suite]
mercredi 2 août 2017

Baisse des crédits aux collectivités de 300 millions d'euros en 2017

Le gouvernement a annulé des crédits de l'État destinés aux collectivités territoriales pour 2017 pour un montant d'environ 300 millions d'euros, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. "Les annulations porteront sur des projets non engagés et ce sont les préfets qui procèderont opération par opération pour éviter de pénaliser les dossiers les plus porteurs d'enjeux", indique-t-on au ministère de la Cohésion des territoires, confirmant une information de Libération. "Les... [Lire la suite]