samedi 3 février 2018

Alstom/Siemens : la gestion calamiteuse d’Emmanuel Macron au banc des accusés

Boulevard Voltaire Par Dominique Bilde, député FN au Parlement européen le 03/02/2018 La gestion calamiteuse du dossier Alstom risque de hanter l’exécutif pour longtemps. Et si, en mai dernier, le candidat  Macron avait eu beau jeu de balayer les allégations de Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours, les faits égrainés par l’actualité économique depuis lors n’ont eu de cesse de donner raison à cette dernière. En novembre 2014, Emmanuel Macron refusait de s’opposer, par le décret n°... [Lire la suite]
vendredi 10 novembre 2017

Siemens s'apprête à supprimer plus de 10.000 emplois en Allemagne

L'industriel allemand Siemens a dévoilé jeudi 9 novembre ses résultats financiers. Malgré de bons résultats l'an dernier, malgré les difficultés de sa division turbines, l'industriel allemand  voit se profiler la menace de suppressions de postes massives pour 2018.Les difficultés se concentrent dans la branche énergétique "Power & Gaz", la plus importante division. Selon la presse allemande, Siemens envisage de fermer ou de céder jusqu'à 11 des 23 sites mondiaux qui emploient 30.000 personnes dont 12.000 en Allemagne. La... [Lire la suite]
mercredi 18 octobre 2017

L'Etat quitte pour de bon le capital d'Alstom

Depuis le rachat en 2014 par l'américain General Electric des activités énergétiques d'Alstom, l'Etat contrôle provisoirement 20% du français, ces titres lui ayant été prêtés par le groupe Bouygues. L'Etat avait la possibilité jusqu'à ce mardi 17 octobre d'acheter pour de bon ces titres, mais il avait confirmé ne pas en avoir l'intention lors de l'annonce en septembre du rachat des activités ferroviaires d'Alstom par Siemens."L'Etat français confirme (...) qu'il n'exercera pas les options d'achat données par Bouygues", avait alors... [Lire la suite]
jeudi 28 septembre 2017

Soumission inclusive

Au nom du principe de solidarité ( !) le tandem Macron-Philippe a décidé une  hausse de la CSG qui frappera durement  les retraités jugés « privilégiés », en l’espèce ceux qui perçoivent  plus de 1 200 euros net par mois… Au nom du principe de  souveraineté européenne,  le gouvernement vient d’annoncer coup sur coup le passage sous contrôle italien du chantier naval STX après sa nationalisation provisoire et surtout la fusion qualifiée de  nécessaire  entre Alstom et Siemens.... [Lire la suite]
jeudi 28 septembre 2017

Marine Le Pen sur Sud Radio le 28/09/2017

Marine Le Pen sur Sud Radio le 28/09/2017
mardi 26 septembre 2017

Fusion Alstom-Siemens, Emmanuel Macron poursuit le dépeçage de l’industrie française

Communiqué de presse du Groupe FN/RBM au Parlement européen du 26/09/2017 C’est un nouveau jeu de dupes qui se tient aujourd’hui pour l’industrie française. La fusion Alstom-Siemens que l’on présente comme la naissance d’un champion européen n’est rien de moins que la prise de contrôle d’un fleuron français par une entreprise allemande. La branche « énergie » de notre champion national avait déjà été bradée par François Hollande sous le regard bienveillant d’Emmanuel Macron. La disparition de la branche « transport » n’est que... [Lire la suite]
mardi 26 septembre 2017

Alstom-Siemens : le partenariat franco-allemand ne doit pas provoquer l’effacement industriel de la France !

Tribune libre de Nicolas Bay, SG du Front National du 25/09/2017 La presse économique s'était faite l’écho la semaine passée d’un éventuel rapprochement entre Alstom et Siemens, sous l’impulsion du gouvernement français et avec l’accord tacite du gouvernement allemand. Cette idée fait d’ailleurs tristement sourire quand on sait comment elle a été brutalement écartée en 2014-2015, par Patrice Kron, alors PDG d’Alstom et Emmanuel Macron, alors secrétaire général de l’Élysée. Tout indique que l'accord entre les deux géants devrait... [Lire la suite]
mercredi 30 avril 2014

L’Union Européenne, marchepied d’une gouvernance mondiale ?

  D’Alstom, (rare) fleuron industriel français encore débout, aujourd’hui convoité par des mains étrangères, ce qui met directement en péril notre filière nucléaire, au pacte euro-austéritaire, dit de stabilité, que défend Manuel Valls, c’est bien une nouvelle fois la soumission de nos dirigeants aux diktats bruxellois qui est ici aussi en cause. Le sondage CEVIPOF de janvier dernier indiquait que seulement un Français sur trois (35%) pense que l’Union européenne est « une bonne chose » (ils étaient 47% en 2011). Selon... [Lire la suite]